CAN 2019 : La RD Congo veut franchir un cap

Congo


Capitale : Kinshasa 
Surnom : Les Léopards 
Sélectionneur : Florent Ibenge
Palmarès : 2 CAN


La République Démocratique du Congo va-t-elle retourner sur le toit de l’Afrique ? Tel est le souhait de 82 millions de Congolais. Ces derniers sont sevrés de sacre depuis 1974, date à laquelle les Léopards, surnom de la sélection congolaise, ont remporté leur deuxième CAN en… Egypte ! L’histoire serait donc très belle en cas de sacre cette année. Voir la RD Congo rafler le trophée au Caire n’a rien d’utopique. Depuis quelques années maintenant, la sélection de Florent Ibenge, sélectionneur national, s’est renforcée et ne cesse d’évoluer positivement. Les talents congolais en Europe pullulent et il est devenu extrêmement compliqué de se faire une place au sein de cette équipe. D’autant plus que les équipes locales, Vita Sport et TP Mazembe notamment, réalisent de très belles performances sur la scène africaine. Tant et si bien qu’à plusieurs postes, Ibenge se retrouve face à des problèmes de riche…

Néanmoins, tout n’est pas rose dans les Léopards. Sans ça, la RD Congo aurait déjà remporté quelques CAN et aurait été présente en Russie l’été dernier. Si la qualité est là, d’autres manques empêchent la sélection de concrétiser ses espérances. On peut évoquer les défaillances tactiques ou encore ce problème de naïveté dans les moments compliqués. Au très haut niveau et face à des équipes plus disciplinées, les errances congolaises sont payées cash. Ibenge, à la tête des Léopards depuis 2014, en est conscient et sait désormais à quoi s’en tenir. En Egypte, il sera particulièrement attendu. 

d


S’il y a bien un poste sur lequel Florent Ibenge n’a aucun doute, c’est bien celui de n°9 ! Le premier nom couché sur la feuille de match est très souvent celui de Cédric Bakambu. L’ancien attaquant de Sochaux aujourd’hui au Beijing Guan (Chine) est l’arme offensive n°1 des Léopards ! Rapide, véloce, dévoreur d’espaces, sans pitié face au but : Bakambu épouse parfaitement les caractéristiques du félin, surnom de la sélection nationale.

En Chine, « Bakamgoal » fait toujours parler la poudre. La saison dernière en 23 matchs, il a "scoré" 19 fois et délivré 6 passes décisives. Cette saison et après quatre journées, il totalise déjà quatre buts et trois passes décisives. Le natif d’Ivry est une véritable gâchette et concourt naturellement au titre de meilleur joueur / buteur de la CAN 2019. Pendant les qualifications, Bakambu a marqué trois et a notamment été l’unique buteur lors de la rencontre cruciale face au Libéria (1-0)


La CAN 1974 est celle de toutes les anecdotes pour la RD Congo. Lors de cette édition en Egypte, les Léopards ont inscrit une deuxième dois leur nom au palmarès. Lors de leur parcours, ils ont battu le pays organisateur 3-2 après avoir été menés 2-0 ! Le troisième but du match a été inscrit par Ndaye Mulamba sur une passe décisive d’un certain… Ricky Mavuba, père de l’international français Rio Mavuba. De son côté, Pierre Ndaye Mulamba a fini avec 9 buts au cours de la compétition. Il est à ce jour le recordman de buts sur une seule édition. Enfin, les Léopards ont dû s’y reprendre à deux fois pour être sacré car pour la seule et unique fois de l’histoire de la CAN, la finale a été jouée deux fois après un premier match nul 2-2 contre le Zaïre. Le deuxième match a vu les Congolais s’imposer 2-0 avec bien sûr, un doublé de Mulamba ! 

d

Gardiens : Ley Matampi (Al Ansar), Parfait Mandanda (Dinamo Bucarest), Anthony Mossi (Chiasso FC)

Défenseurs : Issama Mpeko (TP Mazembe), Christian Luyindama (Galatasaray), Marcel Tisserand (Wolfsbourg), Merveille Bokadi (Standard de Liège), Arthur Massuaku (West Ham), Wilfried Moke (Ankaragucu), Bobo Ungenda (Agosto), Ngonda Muzinga (Vita Club), Shabani Djuma (Vita Club)

Milieux : Chadrac Akolo (Stuttgart), Chancel Mbemba (Porto), Paul-José Mpoku (Standard de Liège), Youssouf Mulumbu (Kilmarnock), Jacques Maghoma (Birmingham), Trésor Mputu (TP Mazembe)

Attaquants : Yannick Bolasie (Anderlecht), Britt Assombalonga (Middlesbrough), Cédric Bakambu (Beijing Goan), Meshack Elia (TP Mazembe), Jonathan Bolingi (Antwerp).