Copa America 2019 : Le Brésil peut-il gagner sans Neymar ?

Reuters

Capitale : Rio de Janeiro

Surnom : La Seleção

Sélectionneur : Tite

Palmarès : Coupe du Monde (1958, 1962, 1970, 1994, 2002), Copa America (1919, 1922, 1949, 1989, 1997, 1999, 2004, 2007)

Douze ans que le Brésil n’est plus maître de son continent. La nation la plus sacrée de l’histoire sur football mondial a même été incapable depuis son titre de 2007 de rallier les demi-finales de la compétition sud-américaine. Une éternité pour une équipe habituée à jouer les premiers rôles au fil des décennies. Et alors que tous les voyants étaient au vert pour le pays organisateur, un coup du sort est venu assombrir l’avenir de la Seleção avec la blessure de Neymar (remplacé dans le groupe par Willian). Pour autant, l’absence du numéro 10 doit-elle remettre en cause le statut de favori des Auriverde ?

Avec un réservoir offensif inégalé et une défense ultra-rodé autour du trio Dani Alves - Marquinhos - Thiago Silva, le Brésil compte un effectif qui semble au-dessus de la mêlée, même en l’absence de Neymar. Pour suppléer l’attaquant du Paris Saint-Germain dans le onze de départ, le Brésil pourra s’appuyer sur le prometteur David Neres, qui a enchanté la scène européenne sous le maillot de l’Ajax Amsterdam cette saison.

Cinq ans après la déroute contre l’Allemagne lors de son Mondial, et un an après une nouvelle déception en Russie (élimination face à la Belgique en quarts de finale), le Brésil veut enfin reconquérir son public en décrochant un nouveau titre. Il en a les moyens et son premier tour, face à la Bolivie en ouverture, puis contre le Pérou et le Venezuela, doit lui servir de mise en jambes avant la phase à élimination directe. Pour le sélectionneur Tite, cette compétition sonne comme une dernière chance sur le banc de la Seleção.

Philippe Coutinho

 

Philippe Coutinho ou le jeune espoir Lucas Paqueta aurait pu prendre place dans cette rubrique, mais notre choix s’est porté sur Richarlison, l’ailier d’Everton. A son avantage dans le couloir droit durant les deux matchs de préparation contre le Qatar et le Honduras (deux buts), l’ex-joueur de Fluminense a brillé en Premier League pour sa première année chez les Toffees (13 buts, 2 passes décisives). Transféré contre 39 millions d’euros l’été dernier de Watford vers l’autre club de la Mersey, Richarlison n’a eu aucun mal à digérer le montant de son transfert, se montrant décisif tous au long de l’exercice d’Everton.

Joueur polyvalent capable d’évoluer sur tous le front de l’attaque, Richarlison (22 ans) va débuter sa première grande compétition internationale, un an après sa première convocation chez les A (10 matchs avec le Brésil U20). Si les Auriverde cherchent une doublure à Neymar, Richarlison pourrait bien être l’homme à même de redorer le blason de la Seleção.

Richarlison

 

Gardiens : Alisson (Liverpool), Ederson (Manchester City), Cassio (Corinthians)

Défenseurs : Alex Sandro (Juventus), Dani Alves (PSG), Eder Militao (Real Madrid), Fagner (Corinthians), Filipe Luis (Atlético de Madrid), Marquinhos (PSG), Miranda (Inter Milan), Thiago Silva (PSG)

Milieux de terrain : Allan (Naples), Arthur (FC Barcelone), Casemiro (Real Madrid), Fernandinho (Manchester City), Lucas Paqueta (AC Milan), Philippe Coutinho (FC Barcelone), David Neres (Ajax)

Attaquants : Roberto Firmino (Liverpool), Gabriel Jesus (Manchester City), Willian (Chelsea), Richarlison (Everton), Everton (Gremio)

Pas encore abonné ? Rdv ici pour en savoir plus