Euro 2021 (H) : La France tombe de très haut contre la République tchèque !



La Team Yavbou du paradis à l'enfer. Un mois après avoir écrit le plus beau chapitre de son histoire en rentrant de Tokyo la médaille d'or des Jeux Olympiques autour du cou, l'équipe de France a vécu un vrai cauchemar, lundi à Ostrava face à la République Tchèque. Comme en 2017, les Bleus ont bu la tasse face aux Tchèques et ils quittent cet Euro dont ils étaient naturellement les immenses favoris après leur titre aux Jeux dès les huitièmes de finale. Une énorme gifle (défaite 3-0 : 25-22, 25-19, 34-32) qui a pris corps dès les premiers points sur le parquet tchèque, où les locaux, bien plus à l'aise que les hommes de Bernardinho, ont tout de suite donné l'impression que les champions olympiques, c'étaient eux et pas cette équipe de France qui n'a été que l'ombre d'elle-même pendant toute cette soirée finalement conclue au bout du suspense par les Tchèques sur leur... dixième balle de match.

Deux miracles en fin de match, mais pas davantage...





Deux points au scénario assez incroyable sur deux des nombreuses opportunités pour les héros du jour d'être récompensés plus tôt de leur domination dans ces conditions qui ne les ont jamais gênés, contrairement à Earvin Ngapeth et les siens, particulièrement pas dans un grand soir au service, auraient pu complètement relancer les Français. Pour cela, il aurait fallu un troisième miracle. Il n'a pas eu lieu et cet Euro s'arrête là pour cette Team Yavbou qui a manqué de tout lundi et ne pourra pas se servir du prétexte d'une luminosité bien faible pour expliquer cette énorme camouflet face à des Tchèques, qui, certes, poussés par leur bouillant public dans une ambiance survoltée, ont probablement disputé là le match de leur vie. La France n'y a pas résisté. Et pour leur 31eme match depuis le 31 mai dernier, cette équipe encore entraînée il y a peu par Laurent Tillie a fini par baisser pavillon. Très difficile à comprendre pour les fans comme à digérer pour les joueurs, tous assommés par ce violent coup de tonnerre que personne n'avait vu venir. Surtout après l'épopée extraordinaire de Tokyo.

Les réactions (recueillies par la FFVB)
Bernardo Rezende, sélectionneur de l’équipe de France : « Aujourd’hui, nous avons affronté une équipe bien préparée qui nous a posé la première grosse difficulté et nous n’avons pas su que faire, nous avons commis beaucoup de fautes. Il faudra apprendre de cette leçon, nous avons perdu totalement, ça peut arriver, nous avons fait de notre mieux, mais nous devons comprendre pourquoi nous avons mal joué aujourd’hui. Le responsable, c’est moi, les joueurs ont fait 100% de ce qu’ils pouvaient faire, un bon entraînement hier. Je dois mieux connaître les joueurs pour savoir comment les aider psychologiquement. Le premier tour a été trop tranquille, et dès la première difficulté, je n’ai pas trouvé la solution. Les Tchèques ont très bien joué, bien servi, avec notamment Hadrava, un joueur d’expérience. »

Barthélémy Chinenyeze, central de l’équipe de France : « Aujourd’hui, on n’a pas joué à notre niveau. Contre une équipe remontée, qui joue à domicile et donne tout, ça ne passe pas. Il nous a aussi manqué de l’agressivité dès le début du match, ça aurait changé pas mal de choses si, dès le début, on était rentrés dedans et on ne les avait pas laissés s’enflammer. On avait pourtant bien préparé l’approche du match, mais quand on a vu qu’ils commençaient à bien jouer, on a eu du mal à retrouver le petit truc qui nous fait souvent jouer complètement relâchés, il y a eu beaucoup de frustration. On attendait une petite action individuelle, une grosse défense, un gros bloc ou un ace, qui ne sont jamais arrivés, on a peut-être trop été en attente au lieu de prendre les rênes du match en équipe et de foncer. Ça fait mal, mais l’été a été long, on est passés par beaucoup de hauts et de bas, on aurait bien sûr préféré que ça se termine dimanche soir avec une belle médaille, il y a de la déception, mais il y a aussi la satisfaction de l’été en général avec le titre olympique et la troisième place en VNL. »

Jenia Grebennikov, libéro de l’équipe de France : « Ils ont été très bons ce soir, on a raté le coche au moment où on pouvait faire basculer le match au premier set, c’est un retour à la réalité, c’est dur parce qu’on voulait bien faire avec le staff, on s’entendait super bien, c’est dommage de gâcher avec un 3-0. Il nous a manqué un peu de tout, on n’était pas propre, on a eu beaucoup de déchet en attaque, on a fait beaucoup de fautes, pourtant, ce qu’on avait produit hier à l’entraînement était top. C’est dur, mais franchement, ils ont super bien joué. C’est un match couperet, c’est le jeu, ça aurait aussi pu nous arriver aux Jeux Olympiques, c’est le sport, tout est possible. Cette défaite fait plus mal qu’il y a quatre ans, parce que là, on était sur une bonne dynamique, on avait bien bossé, on a une balle de set pour conclure le troisième set, ça se joue à rien. »

Antoine Brizard, passeur de l’équipe de France : « Ils ont fait un super match, bravo à eux, nous, on n’a pas joué notre jeu, on s’est frustrés. On sait que notre grosse faiblesse, c’est qu’on n’est pas bons quand on est censés être favoris, on se frustre vite, ça fait des années que c’est comme ça, il faut trouver la solution pour que ce ne soit plus le cas. En poule, tout roulait, là, ils ont très bien joué et je pense qu’on n’était pas prêts à ça, on n’avait plus la fraîcheur qu’il fallait mentalement pour les bousculer aujourd’hui. Il y avait tout pour que ce soit un match piège, ils jouaient chez eux, ils ont joué le feu. »

Benjamin Toniutti ; capitaine de l’équipe de France : « Les Tchèques ont clairement mieux joué que nous, ils méritent cette victoire. Ils ont fait preuve de beaucoup d’agressivité et ont eu beaucoup de réussite, mais c’est très compliqué de gagner un match quand on ne fait pas de « break point ». On n’a quasiment pas fait un bloc/def de tout le match, on ne peut pas jouer que sur le side-out (service adverse) tout le match, c’est compliqué. Eux ont bien joué, ils nous ont bien pris, ont touché beaucoup de ballons au bloc, nous ont ralentis. Ils avaient quand même battu la Slovénie lors de leur premier match, on savait que c’était une équipe capable de très bien jouer, ils l’ont fait ce soir avec l’aide du public. On était conscients que toutes les équipes qu’on allait affronter allaient tout donner contre nous et n’avaient rien à perdre, c’est ce qui s’est passé ce soir. Ils ont eu de la réussite, mais ils sont allés la chercher. »

EuroVolley F 2021 VOLLEY / CHAMPIONNAT D’EUROPE 2021 (H)
Du 1er au 19 septembre 2021 en Pologne, République tchèque, Estonie et Finlande

HUITIÈMES DE FINALE
Lundi 13 septembre 2021 (à Ostrava, République tchèque)
France - République tchèque : 0-3 (22-25, 19-25, 32-34)
Slovénie - Croatie : 3-1 (25-20, 25-18, 19-25, 25-12)

>