Clermont se méfie de La Rochelle

ICON SPORT

Jamais La Rochelle n’a joué une finale continentale, quand Clermont, triple finaliste malheureux de la grande Europe, a déjà conquis deux fois la Challenge Cup - ou Challenge européen - en 1999 et en 2007. Voilà qui pose les premiers jalons d’une finale européenne qui, ce vendredi à Newcastle, va opposer deux des premiers rôles du Top 14 cette saison. Avec, là encore, un net avantage pour des Auvergnats qui réalisent un exercice plein dans le sillage de la fusée toulousaine.

Crédité de la meilleure attaque du championnat de France (790 points après 24 levées), Clermont jouit également de la meilleure force de frappe en Challenge Cup, et de loin, avec 397 unités compilées en l’espace de huit rencontres – soit un peu plus de 49 par sortie. Avec à la clef un sans-faute dans le résultat, et notamment en poule où les Jaunards ont su inscrire le maximum de points possibles (30), bonus offensifs compris. Tout bonnement impressionnant. Fût-ce au détriment parfois de leurs arrières, comme lors de cette demi-finale où les Harlequins se sont offert un baroud d’honneur agressif pour revenir de 32-8 à 32-27 en l’espace de 20 minutes.

Là réside peut-être la faille d’un Clermont capable de se sublimer et d’observer dans la foulée de sérieux trous d’air. Morgan Parra ne le sait que trop bien et se veut donc particulièrement prudent à l’évocation de la finale à venir et du rôle de favori dévolu à son équipe. "La Rochelle n’a rien à perdre et joue sa première finale, notait l’intéressé dès samedi soir après le succès des siens contre l’Usap. Je la connais l’histoire, on va nous mettre largement favori et on va dire que La Rochelle est derrière, que c’est un miracle si ils gagnent… Ce n’est pas du tout ça, une finale c’est du 50-50 ! La Rochelle joue avec beaucoup de mouvement, beaucoup de qualités et avec un groupe qui a envie de gagner cette finale aussi. Cela va être une belle finale franco-française, à 50-50 !" Les stats le démentent mais les Rochelais ne sont pas dépourvus d’arguments pour autant…