Pour Lizarazu, Pavard n'est "pas au niveau pour le Bayern"

panoramic

Si on lui avait posé la question il y a un an, sa réponse aurait probablement été différente. Mais au moment d’évoquer les capacités de Benjamin Pavard à gagner aujourd’hui sa place au Bayern Munich, l’ancien pensionnaire de la maison bavaroise, Bixente Lizarazu, est loin de se montrer optimiste. Dans une interview parue ce lundi dans Kicker, le latéral gauche tricolore devenu consultant pour TF1, livre ses impressions.

"J’ai le sentiment que son développement est allé à rebours depuis le titre mondial"

"Il semble évident que Benjamin Pavard doit s’améliorer pour pouvoir prétendre à une place dans l’équipe. Du VfB au Bayern, il y a un grand pas, indique le Basque sans détour. Il doit beaucoup travailler. C’est vrai que techniquement, il est bon et adroit, mais j’ai le sentiment que son développement est allé à rebours depuis le titre mondial. Depuis, il est moins bon, en club comme en équipe de France." Le constat est clair pour "Liza", qui n’en a toutefois pas terminé avec ses conseils.

"Pavard restera sur le banc"

"Comme latéral droit, il doit s’améliorer dans l’aspect défensif, devenir plus agressif et avoir la bonne attitude dans les un-contre-un. A Munich, c’est Joshua Kimmich qui joue à droite et qui sera son concurrent direct. C’est l’un des meilleurs latéraux droits du monde. Avec son niveau et si Kimmich joue à droite, Pavard restera sur le banc." Voilà qui a le mérite d’être clair. Et quid d’un éventuel repositionnement en défense centrale ?  Là encore, Lizarazu tranche: "Pavard ne devra pas faire seulement un pas en avant, mais deux." Du travail, encore du travail.

"Lucas Hernandez, il est clairement prêt pour le Bayern"

Si le champion du monde 1998 a donc de sérieux doutes sur la capacité de Benjamin Pavard à s’imposer au Bayern, il a en revanche beaucoup plus de certitudes sur celle de Lucas Hernandez. "Il va apporter sa combativité et l’expérience importante qu’il a acquise en Europe avec l’Atlético. Il est clairement prêt pour le Bayern et pour le niveau qu’impose la Ligue des champions." Les bons et les mauvais points sont attribués.

Pavard : "Le Bayern ? Ça ne me fait pas peur"