Piatek et l’incroyable malédiction des entraîneurs

Parti de l’AC Milan pour le Hertha Berlin cet hiver suite au retour de Zlatan Ibrahimovic en Lombardie, Krzysztof Piatek a-t-il été à son tour été victime de la malédiction du 9, qui a frappé chaque joueur rossonero ayant porté ce fameux numéro depuis le départ à la retraite de Filippo Inzaghi en 2012, d’Alexandre Pato à Gonzalo Higuain en passant par Fernando Torres ou encore André Silva ? Ce qui est sûr, c’est qu’une drôle de statistique, toute aussi troublante, accompagne l’attaquant polonais depuis qu’il a quitté sa terre natale pour rejoindre l’Italie à l’été 2018.


Toujours des débuts tonitruants

Car avec le départ de Jürgen Klinsmann le 11 février, et son remplacement par Alexander Nouri, douze jours après la signature de Piatek, ce dernier a découvert son huitième entraîneur différent en un peu plus de 18 mois ! Une statistique incroyable qui affecte visiblement ses statistiques et a commencé en 2018-2019 au Genoa où, après de débuts tonitruants sous les ordres de David Ballardini (8 matchs, 13 buts), il a vu se succéder deux autres techniciens en une seule demi-saison : Ivan Juric, avec qui il a connu moins de réussite (8 matchs, 3 buts et 1 passe décisive), puis Cesare Prandelli (5 matchs, 3 buts).


Un mauvais signe pour Nouri ?

Un schéma qui s’est reproduit après son transfert au Milan, pour 35 millions d’euros en janvier 2019. Avec, à nouveau, trois nouveaux entraîneurs, mais cette fois en l’espace de huit mois. Et là encore, il a parfaitement démarré, avec Gennaro Gattuso (21 matchs, 11 buts et 1 passe décisive), avant de se montrer moins convaincant, vêtu du numéro 9, lorsque Marco Giampaolo (7 matchs, 2 buts) puis Stefano Pioli (13 matchs, 3 buts et 2 passes décisives) se sont succédé sur le banc milanais.

Arrivé dans un club berlinois en souffrance en Bundesliga (14e), Piatek a ensuite marqué dès sa première titularisation, contre Schalke en Coupe d’Allemagne, et il va disputer son quatrième match sous ses nouvelles couleurs samedi (15h30) à Paderborn. Le premier avec l’intérimaire Nouri qui, si on se fie aux statistiques du Polonais en la matière, pourrait ne pas s’éterniser à ce poste…