Leipzig : Timo Werner a presque tout d'un grand

Reuters

Robert Lewandowski, Sergio Agüero, Karim Benzema, Pierre-Emerick Aubameyang, Kylian Mbappé... Lorsqu'il s'agit de nommer les meilleurs attaquants du monde, le nom de Timo Werner ne vient pas immédiatement en tête. A tout juste 24 ans, l'avant-centre originaire de Stuttgart est pourtant l'une des gâchettes les plus fiables du Vieux Continent, au point de rendre la vie dure à l'ogre Lewandowski. Cette saison, seul le Polonais marque plus que lui outre-Rhin en championnat (25 buts contre 21) dans un mano a mano qui devrait se clore en apothéose dans les semaines à venir avec la reprise de la Bundesliga.

Bien plus qu'un simple finisseur
 

Dévoreur d'espaces, le joueur du RasenBallsport Leizpig est un inlassable harceleur de défense. Doté d'une grande vélocité, Werner est avant tout un homme attiré par le but. Rarement fantasque dans ses prises de balle, il est surtout un joueur très efficace dans ses décisions et ses choix dans la surface de réparation. Un attaquant idéal dans le système offensif de son entraîneur Julian Nagelsmann.

Soutenu par un collectif qui fait la part belle à la créativité à l'approche du but avec Christopher Nkunku, Marcel Sabitzer ou Emil Forsberg, Werner est le finisseur parfait à la pointe de l'attaque de Leizpig, la sixième la plus prolifique des cinq meilleurs championnats à l'indice UEFA. Un rendement aussi dû à l'altruisme de Werner, auteur de 12 passes décisives toutes compétitions confondues. Un secteur où le joueur de la Mannschaft progresse beaucoup au fil des années.

En C1 aussi, Werner s'est distingué
 

A l'échelle européenne, Werner a aussi passé un cap, à l'instar de sa formation. Muet la saison passée en Ligue Europa, l'international allemand (29 sélections) s'est bien rattrapé avec 4 buts et 2 offrandes en 8 rencontres de Ligue des Champions sur cet exercice. Le bilan ? Un parcours sans fausse note pour l'équipe de Saxe puisque celle-ci a rallié sans broncher les quarts de finale de la C1 après une double victoire éclatante dans le résultat comme dans la manière en huitièmes face au Tottenham de José Mourinho (0-1, 3-0) et une première place en phase de poules devant l'OL. Une mise en lumière stoppée nette par l'arrêt du football européen suite à la pandémie de Covid-19. Reprise du show samedi à domicile contre Fribourg à 15h30 (beIN SPORTS MAX 5).

 


>