Harit retrouve le sourire

Icon Sport

"Merci Amine !" Du côté de Schalke 04, on peut rendre hommage à Amine Harit, qui a libéré la Veltins-Arena, vendredi soir, en offrant la victoire à son équipe contre Mayence (2-1) à la 89e minute. Et avec la manière, puisque le joueur formé au FC Nantes a trouvé la faille d'un subtil extérieur du droit, de l'entrée de la surface. Un geste de classe, typique d'un joueur en pleine confiance, puisque l'international marocain, passeur décisif pour Suat Serdar en première période, avait inscrit un doublé à Paderborn (1-5) lors de la journée précédente.

Le résumé du match: 

Pour Harit, c'est l'histoire d'une résurrection. Après une première saison en Allemagne prometteuse, le natif de Pontoise a vécu ensuite une année très difficile. Tout est parti de cet accident mortel dans les rues de Marrakech, peu après l'élimination du Maroc en Coupe du monde, alors qu'il roulait en voiture avec son petit frère. Dans la foulée, celui qui a été champion d'Europe U19 avec Kylian Mbappé et l'équipe de France en 2016, avant d'opter pour les Lions de l'Atlas, a perdu sa place en club. Il était souvent blessé, et son hygiène de vie a été remise en cause, alors que les journaux allemands lui ont prêté une addiction pour le casino (*).

Dans un entretien accordé à L'Equipe, en juin dernier, Harit, 22 ans, reconnaissait ses torts ("J'ai donné le bâton pour me faire battre"). Et promettait un changement de comportement, annonciateur de ce très beau début de saison. "J'ai eu un déclic quand j'ai su que j'allais être papa (il l'est depuis fin mai), expliquait-il. Dans le foot, tu peux faire des conneries mais avec un enfant, tu n'as pas le droit à l'erreur. J'ai compris qu'il fallait que je change mes habitudes."

Le résultat est probant. Sous la direction d'un nouvel entraîneur, David Schwarz, qui l'utilise à plusieurs postes (à gauche, derrière l'attaquant, et même en pointe), Harit rayonne. Et ce dribbleur talentueux, à qui l'on pouvait reprocher de ne pas être assez décisif (3 buts et 3 passes décisives pour sa meilleure saison en 2017-2018), se montre enfin tranchant devant le but. Deux ans après son départ de Nantes, pour 10 millions d'euros, il est encore temps pour Harit de renouer le fil avec un début de carrière prometteur.

(*) "J'y suis allé trois ou quatre fois, en février 2018. C'est sorti en janvier 2019 et ça disait que j'y allais toujours", a expliqué Harit en juin dernier dans L'Equipe.