Bundesliga - RB Leipzig / Dayot Upamecano : « Je fais tout pour être chez les Bleus »

Reuters

Dayot Upamecano, vous venez de connaître votre première expulsion en Bundesliga face à Wolfsburg mardi. La jugez-vous juste ?
Pour moi, la première faute était sévère, la deuxième oui car j’étais le dernier défenseur. Je ne sais pas si je vais jouer le dernier match de l’année avec cette expulsion. Je vais garder la tête haute et continuer à travailler pour essayer de ne pas faire beaucoup de fautes. Avant d’aller en vacances et de retrouver ma famille à Paris, je vais essayer de m’améliorer. Aux entraînements, le coach (Ralph Hasenhüttl) va m’aider et va me dire où me placer.

Comment se passe votre adaptation en Allemagne, malgré l’hiver qui est déjà bien installé ?
Elle se passe très bien. Il y a beaucoup d’étrangers. On s’entend tous bien. Après, c’est vrai que la présence de deux autres Français ici fait que je ne me sens pas tout seul (ndlr : Jean-Kévin Augustin et Ibrahima Konaté ont aussi rejoint Leizpig cet été). Je suis très heureux qu’ils soient là. On passe beaucoup de temps ensemble. Quand ça ne va pas, il y en a toujours un qui est là pour aider les autres. Après les entraînements, on va manger et on joue à la « Play » ensemble. Quel jeu ? FIFA 18. Et c’est moi le plus fort, c’est même pas une question (rires) !

Ralph Hasenhüttl est très expressif, comme on peut le constater notamment à la fin des matchs. Comment est-il avec les joueurs au quotidien ?
Il est très proche de ses joueurs. Il donne beaucoup de consignes et nous aide beaucoup. C’est vrai qu’il est exigeant. Il veut gagner tous les matchs, c’est bien, ça nous encourage à plus travailler.

Le RB Leipzig a été reversé en Ligue Europa et affrontera Naples en 16èmes de finale en février. Avez-déjà ce choc dans un coin de la tête ou vous concentrez-vous sur la Bundesliga ?
On va essayer de gérer les deux compétitions. C’est vrai que ça ne sera pas facile. La Ligue Europa, c’est bien pour nous : on va essayer de faire quelque chose même si on est tombé contre une équipe avec beaucoup de qualité et d’expérience. Mais on va aussi se concentrer sur la Bundesliga. On a un peu de retard sur le Bayern Munich mais on va tout faire pour les accrocher. A chaque match, on essaie de prendre les points, que ça soit à l’extérieur ou domicile.

La drôle de conf' d'Upamecano : 

Votre nom commence à apparaître dans les pages Mercato des grands clubs européens. Comment gérez-vous cette nouvelle notoriété à seulement 19 ans ?
Je garde la tête sur les épaules. Je continue à travailler car je sais que j’ai beaucoup à apprendre pour progresser. Je me concentre sur mon club. Je m’entends bien avec tout le monde, que ça soit les joueurs ou le staff technique. Pour l’instant, je suis là, pas ailleurs. Ma famille et mon avocat me donnent beaucoup de conseils et je les écoute attentivement.

Il y a-t-il un championnat que vous appréciez plus qu’un autre ?
Non, pas un en particulier. Je regarde les matchs des autres grands championnats, que ça soit en Angleterre, en Espagne ou en Italie. Maintenant, je suis en Allemagne et ça se passe bien. Il ne faut pas oublier que je viens d’arriver à Leipzig donc c’est un peu tôt pour se projeter ailleurs !

En France, avez-vous une équipe préférée ?
Non pas spécialement. Je regarde quasiment tous les matchs de Ligue 1 quand je suis chez moi. Peut-être Valenciennes (son club formateur) mais ils ne sont plus en Ligue 1 (sourire). Je les regarde aussi. Il y a des amis à moi avec qui je jouais qui sont actuellement titulaires. Ça me fait plaisir de les voir.

Quand vous regardez un match de foot chez vous, analysez-vous le comportement des défenseurs centraux ?
Oui, quand je regarde par exemple le Real Madrid ou le Barça, j’observe les défenseurs et leur placement. C’est vrai que j’essaie de reproduire ce que je vois quand ils font des bons mouvements ou des bonnes passes.

upamecano

 

Si vous deviez ressortir un défenseur qui vous impressionne le plus en ce moment, à qui pensez-vous ?
Raphaël Varane, j’aime beaucoup. Il va vite, il est agressif et il fait des bonnes passes dans l’espace.

Comment voyez-vous votre avenir avec l’équipe de France ? Vous dites-vous qu’il vaut mieux passer par la case des Espoirs ?
Par étapes, cela me convient parfaitement. Je fais tout pour être en équipe de France. Maintenant, j’essaie de réaliser de bonnes performances pour intégrer l’équipe de France U21. Après, je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Je vais continuer à travailler et on verra ce qu’il se passera par la suite.

Vous avez en plus les modèles de Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé qui ont directement intégré le groupe France…
C’est sûr que c’est motivant quand tu les vois arriver là-haut. Tu te dis que c’est bien et ça motive pour les rejoindre. Ousmane est originaire d’Evreux comme moi donc on est en contacts, on parle souvent ensemble. Il me dit comment ça se passe là-bas (à Barcelone). Il connaît la Bundesliga et m’a dit que ça n’était pas facile de s’y imposer donc je vais suivre ses conseils.

Votre prénom complet est Dayotchanculle. Avez-vous un surnom particulier ?
Oui, depuis que je suis arrivé en Allemagne, on m’appelle « Upa » (prononcez « Oupa »). Sinon, mon vrai surnom, c’est Oswald. C’est mes parents qui me l’ont donné. C’est certainement portugais je ne sais pas vu que je suis originaire de Guinée-Bissau (sourire).

Upamecano : "Je ne suis plus timide"


>