Bundesliga - Hertha Berlin, un retard à rattraper

Reuters

Après plus de trois semaines sans jouer le moindre match, le Hertha Berlin se prépare à jouer six fois en 19 jours. Cet enchaînement de matchs va rendre le sprint final particulièrement périlleux pour le club de la capitale. Durant les 21 jours passés en quarantaine à cause de plusieurs cas de Covid-19 au sein de l'équipe professionnelle, trois rencontres ont été reportées et la Vieille Dame a glissé au classement. Ce lundi, au moment de s'attaquer à la dernière ligne droite du championnat, les Berlinois occupent la 17eme place de la Bundesliga. Plus que le temps perdu, ils vont avoir besoin de rapidement engranger pour rattraper le retard pris dans la course au maintien.

Un statut de nouveau riche qui ne vaut rien dans la course au maintien


Au sein d'une équipe qui n'a jamais trouvé son rythme de croisière, il y a désormais urgence. La série de neuf matchs consécutifs sans victoire au cœur de l'hiver a fait mal. En début de saison, le Hertha Berlin visait une qualification européenne grâce aux investissements de Lars Windhorst. Désormais, cet effectif construit à coup de millions avec des joueurs peu habitués à se battre pour le maintien va devoir lutter pour rester dans l'élite du football allemand. Alors que Schalke est déjà relégué en deuxième division, c'est un autre cador du football allemand qui est en danger. L'avant-dernier de Bundesliga a trois points de retard sur Cologne, le barragiste, et quatre sur l'Arminia Bielefeld et le Werder Brême, les premiers non-relégables.

Un absent de taille en attaque et des séances d'entraînement virtuelles


Pour les rattraper, il faudra trouver un moyen de marquer malgré l'absence de Dodi Lukebakio, le seul joueur avec Matheus Cunha qui a été décisif au moins dix fois cette saison. Il va aussi falloir que la méthode Pal Dardai finisse par fonctionner. Le Hongrois a connu la victoire à seulement deux reprises lors des dix matchs joués depuis son retour sur le banc berlinois. Celui qui a remplacé Bruno Labbadia en janvier a dû céder son poste au directeur sportif quand il a été un des premiers cas de Covid-19 et n'a pu reprendre la main qu'avec des séances virtuelles pendant la quarantaine imposée aux locataires de l'Olimpiastadion. Une situation qui complique encore un peu plus la fin de la saison. A tous les étages, du temps a été perdu par cette institution dont les nouvelles ambitions n'ont pas su amener la stabilité espérée. Désormais, il ne reste plus que six matchs en 19 jours pour s'offrir un minimum de tranquillité.
 

Mattéo Guendouzi frappe fort !

 

 


>