Boxe - Poids lourds : Yoka bat Milas avant la limite et reste invaincu



Et de onze ! Tony Yoka a remporté le onzième combat de carrière professionnelle ce vendredi dans un stade de Roland-Garros qui renouait avec les grandes soirées de boxe. Une soirée qui a débuté, évidemment, par un hommage à Jean-Paul Belmondo, immense connaisseur de la boxe et du tennis et qui a désormais une loge à son nom sur le court Philippe-Chatrier. Devant 8 500 spectateurs et de nombreuses personnalités comme Emmanuel Macron, Yannick Noah, Nikola Karabatic, Richard Gasquet ou Presnel Kimpembe, Tony Yoka (29 ans) était opposé au Croate Petar Milas (26 ans), qui n’avait perdu aucun des quinze combats de sa carrière. Et c’est le Français qui a remporté ce choc des invaincus ! Le champion olympique 2016 des poids lourds a mis quelques rounds à prendre la mesure de son adversaire, plus mobile que prévu et qui encaissait bien les coups. Mais à partir du 4ème round, Yoka a commencé à prendre l’ascendant et multiplier les coups. Et lors de la septième reprise, Milas est allé au sol pour la première fois après un crochet du droit, s’est relevé puis s’est effondré dans le coin sans avoir réellement pris de coups, et l’arbitre a préféré stopper le combat. C’est donc la neuvième fois en onze combats que Yoka s’impose avant la limite. Il espère désormais combattre pour la ceinture EBU en décembre. « J’avais vraiment à cœur de remporter une belle victoire pour rendre hommage à Monsieur Belmondo car il m’a toujours suivi depuis une dizaine d’années, il était présent à chacun de mes combats pro, j’avais une grosse pensée pour lui aujourd’hui. C’est un bonheur d’être ici, j’étais quand même stressé, ça fait un an qu’on n’a pas boxé avec du public », a confié le vainqueur du combat principal de la soirée, avec la photo de Belmondo dans les bras.

Bauderlique et Cissokho vainqueurs également







Le début de cette soirée s’était déroulé de la plus belles des façons pour les deux autres boxeurs français en lice, qui se sont imposés sur arrêt à l’arbitre face à des Russes. Premier à entrer sur le Central, Mathieu Bauderlique (32 ans), médaillé de bronze des JO de Rio, affrontait Igor Mikhalkin (36 ans) pour la ceinture européenne des poids mi-lourds, qui était vacante. Le Russe, touché à l’œil droit après avoir reçu pas moins de 56 coups du Français (30 coups donnés), a abandonné après sept rounds. C’est ensuite Souleymane Cissokho qui défendait son titre inter-continental WBA des super-welters, face au Russe Ismail Iliev. Et il l’a magnifiquement fait, en provoquant l’abandon de son adversaire à la cinquième reprise. Bref, une soirée de rêve pour la boxe française, qui a rendu le plus bel hommage possible à Jean-Paul Belmondo.

>