Les Cavs y ont mis tout leur cœur

Reuters

"Ça craint." LeBron James l’avait mauvaise, mardi matin, en apprenant la durée de l’indisponibilité de Kevin Love. Touché au genou gauche, le n°0 sera écarté des parquets pour six semaines et pourrait ne pas revenir avant le début des playoffs. Un coup dur pour Cleveland, à la lutte avec Boston en tête de la conférence Est. "C’est juste devenu notre routine chaque saison, a-t-il déploré. Il y a toujours l’un de nos joueurs clés qui se blesse, mais je crois que cette année est la pire. Il y a eu notre arrière titulaire (J.R. Smith), ‘out’ très longtemps, et maintenant c’est notre ailier-fort All-Star…"

Une absence qui n’a pas empêché les Cavaliers de décrocher face aux Timberwolves leur huitième victoire en dix matches (116-108). Le mauvais début d’année est oublié pour les champions en titre, qui montent en puissance en cette fin de saison régulière. Suppléant de Kevin Love, Channing Frye a su se rendre utile (21 points, 10 rebonds), permettant aux Cavs de ne pas trop souffrir dans la raquette. "On a déjà joué sans Kev', a rappelé "King James" après la rencontre. On avait dû le faire lors des playoffs (en 2015). Ce sont parfois des choses qui arrivent, mais nous sommes prêts à ça."

Si Karl-Anthony Towns (26 points, 8 rebonds) et surtout Andrew Wiggins (41 points à 16/29 aux tirs), visiblement ultra motivé face à l’équipe qui l’avait drafté en première position avant de l’échanger contre… Kevin Love, leur ont donné du fil à retordre, les joueurs de Tyronn Lue ont haussé le ton offensivement dans le deuxième quart-temps (43-31) et resserré la défense dans le dernier acte (23-15). Le tout derrière un "LBJ" tout proche du triple-double (25 points, 8 rebonds, 14 passes), bien épaulé par Kyrie Irving (25 points, 7 passes). Une Saint-Valentin réussie, donc, malgré tout.


>