Dopage-Lavenu: "Une trahison à tous les niveaux"

Manager de l’équipe AG2R, Vincent Lavenu n’a pas caché sa colère, mardi, après le contrôle positif à l’EPO de son coureur, Lloyd Mondory.

"J’ai honte, j’ai honte, j’ai honte. Je crois que je ne suis plus capable de faire ce métier là, dans ces conditions. C’est trop dur. Trop de travail. Trop d’investissement de toute une vie. Le vélo c’est ma vie. Je ne peux plus, je ne peux plus. C’est un mélange de honte, de trahison, l’équipe va être salie, ce n’est pas juste. Il m’a appelé, il pleurait, mais ses explications ne me conviennent pas, je lui ai dit qu’il fallait dire la vérité, ne pas se réfugier derrière des excuses", a-t-il expliqué, sur le site du quotidien L’Equipe.

De quoi faire franchement vaciller la motivation du patron de l’équipe AG2R, déjà frappée par deux affaires de dopage avec les contrôles de Steve Houanard, positif à l’EPO en octobre 2012 et Sylvain Georges, positif à un stimulant en mai 2013. "Il ne faut pas que l’équipe arrête car il y a des gens qui valent le coup, des sponsors exemplaires, mais moi, je n’en peux plus. C’est une trahison à tous les niveaux. C’est un vrai échec. Ce sont des instants qu’on ne voudrait jamais vivre, on redoute à chaque instant un appel de l’UCI. Il peut tout arriver, le pire c’est que l’équipe explose", conclut-il. 


>