Queen's : Mahut et Herbert encore titrés !

Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert enchaînent. Titrés la semaine dernière à Roland-Garros, où ils s'étaient déjà imposés, en 2018, les deux Français ont confirmé qu'ils étaient inarrêtables actuellement en soulevant un nouveau trophée, ce dimanche au Queen's. A l'aube de ce tournoi de Wimbledon que nos deux représentants ont remporté en 2016 - Mahut avait également atteint la finale à 2019, mais aux côtés d'Edouard Roger-Vasselin - l'Angevin et son fidèle compère se sont adjugé un 19eme titre et frappé un grand coup de nouveau, cette fois aux dépens de l'Américain Reilly Opelka et de l'Australien John Peers, qui avaient disputé un peu plus tôt leur demi-finale face à l'Australien Alex De Minaur et au Britannique Cameron Norrie, finaliste malheureux en simple un peu plus tôt dans la journée. Opelka et Peers ont malgré tout poussé dans leurs retranchements les récents héros de la Porte d'Auteuil, où les chouchous du public du court Philippe-Chatrier avaient agrandi encore un peu plus leur collection de sacres en Grand Chelem, avec une cinquième étoile.

Avec l'étiquette de favoris à Wimbledon ?


Herbert et Mahut sont certes sorti vainqueurs, mais dans la douleur (6-4, 7-5). Au tour précédent, comme cela avait déjà été le cas à Paris, ils s'étaient fait très peur avec trois balles de match contre eux dans le troisième set face à Daniell et Oswald, qu'ils avaient finalement écartés sur le score de 11-9 dans cette dernière manche. Au bord du précipice, les deux Tricolores sont encore passés entre les gouttes, avant, comme à Roland-Garros, d'inscrire leur nom au palmarès. Respectivement numéro 3 mondial et numéro 7 mondial au classement du double, l'Angevin et l'Alsacien n'ont plus perdu depuis dix match. De quoi en faire davantage que de sérieux outsiders pour le titre sur le gazon de Wimbledon. D'autant que l'herbe ne semble pas leur poser davantage de problème que la terre battue. Vainqueurs dimanche au Queen's pour la troisième fois après le doublé de 2015-2016, la paire française a déjà pris ses aises à Londres. Une très bonne nouvelle.

>