ATP : Murray, déçu de sa condition physique, ne désespère pas de revenir au top

panoramic

Il y a six ans et deux jours, Andy Murray atteignait la place de n°1 mondial pour la première fois de sa carrière. En cette fin de saison 2022, l’Ecossais de 35 ans est désormais 46eme mondial, mais il n’a pas envie de prendre sa retraite, loin de là. Alors qu’il était 134eme mondial au mois de janvier, Andy Murray a disputé deux finales (à Sydney et Stuttgart) cette saison et s’est montré très régulier, même s’il n’a pas réussi d’énorme coup d’éclat dans les tournois majeurs (un troisième tour à l’US Open, un huitième de finale à Madrid au mieux). « Je suis positif pour la saison prochaine et le travail que j'ai à faire. J'ai déjà commencé une partie de cela et je dois vider le réservoir dans les six à huit prochaines semaines à la salle de sport et sur le terrain d'entraînement, confie Murray au Evening Standard. J'étais 130-140eme mondial au début de la saison et je suis maintenant dans le top 50. Pour la plupart des joueurs, c'est une année vraiment positive. Pour moi, je ne le vois pas de cette façon mais j'ai fait des progrès. J'ai joué pas mal de tournois de Wimbledon jusqu'à la fin de la saison. Du point de vue de l'endurance, je ne m'en suis pas très bien sorti, mais il n'y a pas eu de blessures ni de soucis, ce qui n'a pas été le cas ces dernières années. »

Murray : "Il n'y a aucune excuse d’être en méforme physique"


S’il n’a pas connu de blessures au sens strict, Andy Murray est néanmoins très déçu de sa condition physique, lui qui a été victime de crampes lors de plusieurs tournois. « J'étais plutôt déprimé ces derniers mois. Les sept ou huit derniers tournois, j'ai eu des problèmes de crampes et je n'ai jamais eu ça de manière constante. Donc, je suis extrêmement déçu. Je peux supporter de perdre un match de tennis car c'est un sport difficile et parfois vous ne jouez pas aussi bien que vous le souhaiteriez, mais il n'y a aucune excuse d’être en méforme physique, c’est inacceptable. Ma réflexion sur les quatre ou cinq derniers mois est que je n'ai pas fait assez de travail pour être au niveau dont j'ai besoin. Je dois changer cela si je veux revenir au sommet du jeu. » Andy Murray sait sur quoi il va travailler cet hiver. On espère le retrouver en pleine forme à l’Open d’Australie.

>