ATP - Montréal : Gaston a fini par s'incliner face à Draper

Panoramic


Quatre petits jeux et puis s’en va pour Hugo Gaston. En bien mauvaise posture face à Jack Draper dans un match que la pluie a interrompu ce lundi, le Français a échoué à rejoindre le deuxième tour du Masters 1000 de Montréal. Une rencontre que le Britannique avait su prendre par le bon bout avec le break obtenu dès le premier jeu. N’ayant jamais véritablement tremblé sur son engagement, le 82eme joueur mondial a consolidé son ascendant avec un deuxième jeu de service adverse remporté. A l’engagement pour conclure le premier set, Jack Draper a tremblé mais sans concéder de balle de débreak. C’est à la troisième opportunité que ce dernier a scellé le sort de la première manche. Comme lors du début de match, c’est dès le premier jeu que le Britannique a su breaker Hugo Gaston mais, cette fois, le Tricolore s’est rebiffé. Sur un jeu blanc, il a su effacer son retard puis tenir bon sur son service dans la foulée.

Draper a enchaîné quatre jeux de suite


Toutefois, alors qu’il avait un deuxième balle de break en main, le Français a vu la pluie s’inviter. La fin de la rencontre a alors été remise à ce mardi. Hugo Gaston a alors donné l’impression d’avoir mieux redémarré que Jack Draper. Mais c’était un trompe-l’œil. En effet, après avoir manqué quatre occasion de prendre le service de son adversaire, le Français a sombré corps et biens. Après avoir tenu son service avec difficulté, le Britannique a pris celui de son adversaire de manière moins ardue. Enchaînant avec un nouveau jeu de service remporté, Jack Draper a mis une pression maximale sur Hugo Gaston. Ce dernier a tenu autant qu’il a pu, effaçant trois balles de match. Toutefois, la quatrième a été la bonne pour le 82eme joueur mondial (6-2, 6-3 en 1h22’), qui sera le premier adversaire de la tête de série numéro 3 Stefanos Tsitsipas à l’occasion du deuxième tour. Dans le même temps, Daniel Evans a dominé Filip Krajinovic (6-2, 1-6, 6-0 en 1h38’) et affrontera Andrey Rublev, tête de série numéro 5.

>