ATP - Madrid : Nadal au chevet de... Zidane


Alors que le Masters 1000 de Madrid bat son plein, avec un Rafael Nadal toujours tranquille et vainqueur jeudi d'Alexei Popyrin en huitièmes de finale (6-3, 6-3), c'est une autre institution sportive de la capitale espagnole qui a vampirisé le devant de la scène mercredi soir : le Real est allé s'incliner à Chelsea en demi-finales de la Ligue des Champions de football (2-0), ce qui a conduit à l'élimination des hommes de Zinedine Zidane. Et comme "Rafa" est un des premiers supporters de l'équipe, assumé depuis de longues années, il n'a pas botté en touche au moment de soutenir l'entraîneur français jeudi : "A 100%, c'est un de mes préférés, sans le moindre doute. C'est une grande personne avec de grandes valeurs pour le club. Je n'ai aucun doute, c'est le bon entraîneur pour continuer."


Rafael Nadal se dit "très fier du Real" : "Bien sûr, je n'aime pas perdre, mais on a dû avoir 60 blessures cette saison... Alors, c'était difficile d'atteindre le dernier carré en Ligue des Champions tout en étant encore en course pour le titre en Liga. Au vu de toute cette malchance, c'est une bonne saison. Difficile d'en demander plus." Si vous ne le saviez pas, le football est une affaire de famille chez les Nadal, où on n'hésite pas à soutenir les deux clubs rivaux : l'oncle Miguel Angel, ancien grand international espagnol dans les années 90, était un symbole du Barça ; et l'autre oncle Toni (entraîneur historique de Rafael) est également très lié aux Blaugrana, à tel point qu'il s'était présenté sur la liste de Victor Font, candidat à la présidence - c'est finalement Joan Laporta qui a succédé à Josep Maria Bartomeu, en mars.

>