Astana : Mannarino se relance contre Wawrinka

Panoramic


Adrian Mannarino en avait bien besoin. Eliminé dès le 1er tour lors des trois derniers tournois qu'il avait disputés, à l'US Open (défaite contre Brouwer), Metz (M.Ymer) et Tel Aviv, où il avait fait les frais de la forme étincelante actuellement de son compatriote Constant Lestienne, le Francilien a retrouvé le sourire et ainsi évité une quatrième sortie d'entrée, ce lundi pour ses débuts dans le tournoi d'Astana (ex-Nur-Sultan). Le seul vainqueur de l'équipe de France en simple en Coupe Davis le mois dernier (Benjamin Bonzi avait perdu ses deux matchs) s'est imposé en trois sets (1-6, 6-2, 6-3, 1h29 de jeu) face à Stan Wawrinka. Un petit exploit pour Mannarino sachant que le vétéran suisse de 37 ans et ancien numéro 3 mondial a retrouvé la forme. En atteste sa demi-finale à Metz du 24 septembre dernier alors qu'il ne s'était plus hissé dans le dernier carré d'un tournoi depuis Doha en... 2020. Sur la lancée de son magnifique parcours en Moselle, le double vainqueur en Grand Chelem espérait s'offrir un 2eme tour au Kazakhstan, d'autant que le vainqueur de cette rencontre savait avant de se présenter sur le court que l'attendrait le terrible Carlos Alcaraz au tour suivant.

Et Mannarino se métamorphosa...


C'est raté et c'est finalement Mannarino qui aura donc le privilège de se frotter au nouveau numéro 1 mondial depuis son sacre lors de l'US Open il y a trois semaines. Le Français avait pourtant démarré le match de manière catastrophique, ce lundi contre "Stan The Man", avant de réagir de magnifique façon. Passé complètement au travers dans la première manche, "Manna" s'est en effet mué ensuite en rouleau compresseur (une seule balle de break concédée) et le Suisse n'a plus existé dans les deux sets suivants, nettement dominé par le Tricolore classé ce lundi au 51eme rang mondial. C'est donc lui qui aura l'honneur de se dresser pour la première fois sur la route du jeune monstre espagnol depuis que ce dernier s'est installé sur le trône de numéro 1 mondial, à condition que le vainqueur du dernier US Open écarte David Goffin de sa route (Holger Rune, qui aurait dû affronter Alacaraz, a été contraint de déclarer forfait). La saison dernière, sur la terre battue de Madrid, "Carlito" n'avait laissé que quatre jeux (6-4, 6-0) à notre représentant...

>