Lemaitre a encore l'espoir de briller

Après avoir participé aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 et de Rio en 2016, Christophe Lemaitre ne participera cette fois pas à la fête olympique à Tokyo à partir de la semaine prochaine. Le médaillé de bronze du 4x100m en 2012 et du 200m en 2016 n'avait en effet pas le niveau requis cette année pour être sélectionné, ni en individuel, ni en relais. Ce mercredi, dans les colonnes de L'Equipe, le sprinteur de 31 ans n'a pas caché sa déception de ne pas partir au Japon. « L’objectif c’était d’y être. Mais la décision est compréhensible sur 200m car je n’ai pas avancé et je n’ai pas rempli les critères fixés. En revanche, ne pas y aller tout court, pas même avec le relais, alors que j’ai fait tout le travail avec le groupe, c’est décevant », reconnait Lemaitre, qui regrette d’avoir été informé de non-sélection pour le relais via… Facebook et non pas par téléphone (même si Florian Rousseau, directeur de la très haute performance à la Fédération, assure l’avoir appelé).
 

Lemaitre : "Je suis capable de faire durer ma carrière"


Avec ses 20"69 réussis le 12 juin à Genève, Christophe Lemaitre n’est que le 173eme athlète mondial cette année sur 200m (il n'a disputé que quatre courses sur cette distance), et le troisième Français derrière Mouhamadou Fall (20"37), Jeffey John (20"53). Malgré tout, le natif d’Annecy estime qu’il a encore de belles choses à vivre durant sa carrière : « J’essaie trouver les solutions pour remonter la pente. Certains samedis, j’ai fait des séances de côtes de ouf. J’en ai chié comme jamais ! Alors il me reste une énorme frustration de ne pas être payé de ces efforts. (...) J’ai encore la flamme, l’amour, la passion de mon sport. J’ai envie de faire des compétitions, j’ai encore des objectifs, encore envie de tout déchirer. Je sais très bien que je suis toujours capable de faire des coups d’éclat et de faire durer ma carrière ». Il compte d'ailleurs participer à des meetings entre fin juillet et septembre, afin de retrouver la confiance, avant la saison 2022 qui sera marquée par les championnats du monde d'Eugene (Etats-Unis), dans un an presque jour pour jour.

>