Coleman ne sera pas poursuivi par l'AMA 

Reuters

L'agence mondiale antidopage (AMA) ne fera pas appel pour Christian Coleman. Le sprinteur américain a été blanchi ce lundi 2 septembre par l'agence antidopage américaine (Usada). Coleman était menacé de deux ans de suspension pour manquement aux obligations de localisation. 

L'Usada accusait Coleman d'avoir dérogé à la règle de localisation le 6 juin 2018, le 16 janvier 2019 et le 26 avril 2019. Trois "No show" en un an induisent une suspension automatique, un no show est considéré comme un contrôle manqué. Un expert en antidopage explique sur Eurosport que "La frontière entre 'no show' et une non-transmission de données ou une transmission incomplète peut être fine. Un contrôleur peut se présenter à l'adresse indiquée et s'apercevoir sur place que le sportif n'a pas précisé dans quel bâtiment il habite, ou qu'il y a un second digicode. Dans ce cas, ce n'est pas un 'no show', mais un problème de précision." Coleman s'est sans doute emparé du règlement prévu par l'AMA pour justifier l'une de ses absences et donc échapper à une sanction. 

Le sprinteur américain, vice-champion du monde du 100 mètres, va ainsi pouvoir participer aux Mondiaux d'Athlétisme qui se dérouleront à Doha du 27 septembre au 6 octobre prochain.