Championnats d’Europe : Finalement, Mayer va faire le déplacement



Après le monde, place à la conquête de l’Europe ! Kevin Mayer a décidé de prendre tout le monde à contre-pied. Sacré champion du monde du décathlon pour la deuxième fois de sa carrière à Eugene, le recordman du monde de la discipline s’était montré très pessimiste quant à sa présence à Munich pour les championnats d’Europe. A son retour en France après les Mondiaux organisés dans l’Oregon, le natif d’Argenteuil avait confié que la probabilité d’un forfait pour le rendez-vous continental était à « 99% ». Une annonce qui était intervenue quelques heures après les déclarations de son entraîneur Alexandre Bonacorsi, qui avait assuré dans les colonnes du quotidien L’Equipe que ce n’était « pas inenvisageable » d’aller au championnats d’Europe mais que la décision était dans les seules mains de l’intéressé. Alors qu’il reste sur le troisième meilleur total de points de sa carrière, Kevin Mayer s’est laissé le temps de la réflexion quant à la suite de sa saison.


Mayer : « J'ai ma chance pour être champion d’Europe »


Le résultat a été rendu public ce dimanche au travers d’un tweet relativement laconique. « J-15 Munich 2022 », a ainsi déclaré Kevin Mayer en commentaire d’une photo de lui lançant le javelot à l’entraînement donnant « Rendez-vous les 15 et 16 août pour les championnats d’Europe ». Médaillé d’argent à l’échelle continentale lors de l’édition 2014 organisée à Zürich, Kevin Mayer entend aller chercher un des titres qui manquent à son palmarès, aux côtés des Jeux Olympiques. « Le décathlon est un sport difficile, qui demande beaucoup de récupération. Je ne me voyais pas enchaîner, a-t-il admis en conférence de presse. Mais il s'avère que dès le deuxième jour, j'ai senti les jambes plutôt bonnes. J'ai ma chance pour être champion d'Europe, donc je la saisis. » Cette présence à l’Olympiastadion de Munich, qui accueillera les épreuves d’athlétisme dans le cadre des Championnats Européens regroupant neuf disciplines sur une durée de onze jours, sera l’occasion pour le Francilien d’oublier son abandon lors de sa dernière participation, à Berlin en 2018, après un zéro pointé au saut en longueur. C’était quelques semaines avant le Décastar de Talence et le record du monde.

>