Carnet noir : Décès de l'athlète kenyane Agnes Tirop à 25 ans

L’athlétisme kenyan est en deuil. Par l’intermédiaire d’un communiqué, la Fédération Kenyane d’athlétisme (AK) a annoncé le décès à 25 ans d’une de ses étoiles montantes, Agnes Tirop. « Le Kenya a perdu un joyau, une géante de l'athlétisme dont l'ascension sur la scène internationale avait été fulgurante », déclare l’AK dans son communiqué. Quatrième à l’occasion du 5 000m des derniers Jeux Olympiques organisés à Tokyo, derrière Sifan Hassan, Hellen Obiri et Gudaf Tsegay, la native du comté de Uasin Gishu avait connu la gloire en cross-country dès l’âge de 19 ans. A l’occasion des championnats du monde 2015 de la discipline, organisés dans la ville chinoise de Guiyang, elle avait remporté le titre mondial dès sa première participation chez les seniors. Un palmarès qui s’est également étoffé sur la piste avec le bronze sur 10 000m lors des championnats du monde de Londres en 2017 puis lors de ceux de Doha deux ans plus tard.

Tirop restait sur un record du monde


Dans son communiqué, Athletics Kenya donne une idée des circonstances de la mort de l’athlète. « Agnes Tirop a été retrouvée morte à son domicile d’Iten après avoir été visiblement poignardée par son mari, annonce l’AK. Nous continuons de travailler afin de découvrir plus de détails concernant sa disparition. » La Kenyane restait sur une très belle performance à l’occasion d’une course de 10km organisée à Herzogenaurach. Agnes Tirop avait, en effet, battu le record du monde de la distance dans une course réservée aux femmes avec un temps de 30’01’’. Une performance qui faisait suite à celle de l’Ethiopienne Senbere Teferi, qui avait battu le record du monde du 5km (14’29’’). Agnes Tirop restera un exemple de précocité, elle qui était la plus jeune championne du monde de cross-country depuis la Britannique Zola Budd, alors âgée de 18 ans en 1985.

>