Athlétisme : Lemaitre change tout en vue de Paris 2024


Au fur et à mesure des années, Christophe Lemaitre, trop souvent touché par les blessures, a peu à peu disparu des radars de l’athlétisme français. Absent des championnats d’Europe et du monde en 2022, des Jeux Olympiques en 2021, seulement présent sur le relais lors des Mondiaux 2019, absent de l’Euro 2018… La liste des forfaits commence à devenir très longue. C’est pourquoi, à 32 ans, l’actuel détenteur du record de France du 200m a décidé de tout changer, en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024, qui seront probablement le dernier grand objectif de sa carrière. Ce lundi, le natif d’Annecy a dévoilé sa nouvelle organisation d’entraînement.

Lemaitre coaché (entre autres) par sa compagne


Christophe Lemaitre continuera de porter les couleurs de son club de toujours, Aix-les-Bains. Son staff d’entraînement sera composé d'Anaïs Mougeot (sa compagne, et mère de sa fille, née en mai dernier, ndlr) pour le sprint à haute intensité et l’entraînement quotidien, soutenue par Richard Cursaz (directeur de la performance territoriale à la FFA, basé à Nantes, ndlr)), de Pierre Carraz, coach historique du quadruple champion d’Europe, et de Frédéric Gazeau pour le conditionnement foncier. Pour ce qui concerne sa santé, Christophe Lemaitre pourra s’appuyer sur l’Hôpital de La Tour, à Genève, et notamment François Fourchet, responsable du département de physiothérapie et co-responsable du département « Santé et Performance », le docteur Boris Gojanovic pour le suivi médical, ainsi que leur équipe interdisciplinaire de spécialistes dédiée à la reconstruction, au retour en forme et à l'optimisation de la performance athlétique. Massamba M’Baye, diplômé en kinésithérapie et en préparation physique, ex-athlète de haut-niveau en judo et médaillé international, sera le lien entre les deux parties, dans le rôle pivot d’entraîneur des qualités physiques. Le projet sera encadré par Manuel Reynaert, ancien sprinteur et bobeur français.

Lemaitre : "J'avais besoin d'un changement profond" 


« On a commencé à parler avec Manuel il y a plusieurs mois. J'étais en recherche d'un nouveau projet. Pour me relancer vers le haut niveau, j'avais besoin d'un changement profond, ce que je faisais ne me convenait plus. Je n'avais plus confiance. J'ai même hésité à quitter le club. Metz m'avait proposé aussi des choses. J'ai pesé le pour et le contre », confie le sprinteur français dans les colonnes de L’Equipe, avant de préciser son objectif : participer aux JO 2024 sur toutes les épreuves possibles, avec priorité au 200m et au relais. Ce serait effectivement la manière façon de boucler une carrière faite de hauts et de bas.

>