Athlétisme : Contrôle positif à Munich pour Abdelwahed

Panoramic


C’est une affaire dont l’athlétisme italien se serait bien passé. Le 19 août dernier, alors que le Finlandais Topi Raitanen est allé chercher à Munich le titre de champion d’Europe du 3000m steeple, deux Italiens ont pris place sur le podium. En effet, Ahmed Abdelwahed et Osama Zoghlami ont respectivement remporté la médaille d’argent et celle de bronze. Une hiérarchie qui pourrait être remise en cause à la suite de la publication par la Fédération Italienne d’athlétisme (FIDAL) d’un communiqué faisant état d’un contrôle positif à l’occasion de ces championnats d’Europe. « La FIDAL communique la réception d’une notification d’un contrôle antidopage positif concernant l’athlète Ahmed Abdelwahed, inscrit chez les Fiamme Gialle et médaillé d’argent aux récents championnats d’Europe à Munich sur le 3000m steeple », annonce ce communiqué. Si l’identité de l’athlète a été communiqué, la nature de la substance à laquelle ce dernier a été testé positif reste un mystère.

Abdelwahed comme Sharapova ?


Toutefois, selon les informations du quotidien transalpin La Repubblica, Ahmed Abdelwahed a été testé positif au meldonium. Ce médicament produit en Lettonie est généralement utilisé pour traiter des soucis d’arythmie cardiaque mais il a été rendu célèbre en 2016 quand Maria Sharapova y a été testée positive. L’ancienne joueuse de tennis russe a ensuite été suspendue, ce produit étant considéré comme dopant. Peu après l’annonce effectuée par la FIDAL, Ahmed Abdelwahed a réagi au travers d’une publication sur son compte Instagram dans laquelle il assure ne pas connaître l’existence même du Meldonium. « Certaines choses vous semblent impossibles jusqu’au moment où elles vous arrivent. J’ai été suspendu par précaution en raison de la présence d’une substance dont je n’avais jamais entendu parler, a déclaré l’athlète italien. J’ai découvert l’existence du Meldonium quand on m’a dit qu’ils en avaient trouvé dans mes tests. Je n’ai jamais pris volontairement cette substance donc j’essaye de comprendre comment elle a pu se retrouver dans mes urines. J’attends de connaître le résultat de l’échantillon B pour voir s’il peut s’agir d’une contamination. » Une affaire qui n’en est qu’à ses débuts.

C’est une affaire dont l’athlétisme italien se serait bien passé. Le 19 août dernier, alors que le Finlandais Topi Raitanen est allé chercher à Munich le titre de champion d’Europe du 3000m steeple, deux Italiens ont pris place sur le podium. En effet, Ahmed Abdelwahed et Osama Zoghlami ont respectivement remporté la médaille d’argent et celle de bronze. Une hiérarchie qui pourrait être remise en cause à la suite de la publication par la Fédération Italienne d’athlétisme (FIDAL) d’un communiqué faisant état d’un contrôle positif à l’occasion de ces championnats d’Europe. « La FIDAL communique la réception d’une notification d’un contrôle antidopage positif concernant l’athlète Ahmed Abdelwahed, inscrit chez les Fiamme Gialle et médaillé d’argent aux récents championnats d’Europe à Munich sur le 3000m steeple », annonce ce communiqué. Si l’identité de l’athlète a été communiqué, la nature de la substance à laquelle ce dernier a été testé positif reste un mystère.

Abdelwahed comme Sharapova ?


Toutefois, selon les informations du quotidien transalpin La Repubblica, Ahmed Abdelwahed a été testé positif au meldonium. Ce médicament produit en Lettonie, est généralement utilisé pour traiter des soucis d’arythmie cardiaque mais il a été rendu célèbre en 2016 quand Maria Sharapova y a été testée positive. L’ancienne joueuse de tennis russe a ensuite été suspendue pour deux ans, ce produit étant considéré comme dopant. Peu après l’annonce effectuée par la FIDAL, Ahmed Abdelwahed a réagi au travers d’une publication sur son compte Instagram dans laquelle il assure ne pas connaître l’existence même du Meldonium. « Certaines choses vous semblent impossibles jusqu’au moment où elles vous arrivent. J’ai été suspendu par précaution en raison de la présence d’une substance dont je n’avais jamais entendu parler, a déclaré l’athlète italien. J’ai découvert l’existence du Meldonium quand on m’a dit qu’ils en avaient trouvé dans mes tests. Je n’ai jamais pris volontairement cette substance donc j’essaye de comprendre comment elle a pu se retrouver dans mes urines. J’attends de connaître le résultat de l’échantillon B pour voir s’il peut s’agir d’une contamination. » Une affaire qui n’en est qu’à ses débuts.

>