Indian Wells: Osaka en confiance, Djokovic stoppé par la pluie

Reuters

Depuis son sacre à Indian Wells en 2018, le premier titre de sa carrière, Osaka a ajouté à son palmarès l'US Open 2018 et l'Open d'Australie 2019.

De retour dans le désert californien pour la première fois dans sa carrière avec le statut de tenante du titre, la Japonaise s'en accommode pour l'instant bien.

Elle a facilement dominé l'Américaine Danielle Collins, 25e mondiale, en deux sets (6-4, 6-2), même si elle a trouvé à redire à sa prestation.

"Dans le premier set, je ne bougeais pas bien du tout, à 4-4, je me suis dit qu'il fallait réagir, bouger mieux et plus et avoir une attitude plus positive", a-t-elle expliqué.

Ce changement d'attitude a porté ses fruits, puisqu'elle n'a plus laissé que deux jeux à son adversaire qui avait atteint à la surprise générale le dernier carré de l'Open d'Australie en janvier.

En 8e de finale dès mardi, Osaka aura fort à faire, puisqu'elle va défier la Suissesse Belinda Bencic, 23e mondiale qui a remporté à Dubaï en février son premier titre en quatre ans.
                  
Karlovic le doyen                
                  
Comme Osaka, Bencic est née en 1997, mais sa carrière prometteuse, avec son sacre à Toronto en 2015, a été freinée par des blessures aux poignets et au dos.

Dans le tournoi masculin, l'affiche de la soirée est tombée à... l'eau.

Novak Djokovic a juste eu le temps de s'échauffer et de remporter un jeu face à l'Allemand Philipp Kohlschreiber avant de regagner les vestiaires sous une pluie battante.

Leur duel reprendra mardi après-midi et le vainqueur affrontera le Français Gaël Monfils (19e) en 8e de finale mercredi.

Le retour au premier plan de Monfils n'est pas la seule belle histoire de cette édition 2019 d'Indian Wells.

Le Croate Ivo Karlovic est devenu à 40 ans le joueur le plus âgé à atteindre les 8e de finale d'un Masters 1000.

Il a dominé l'Indien Prajnesh Gunneswaran, 97e mondial, en deux sets 6-3, 7-6 (7/3) avec pas moins de 16 aces.

"Chaque semaine, je suis le doyen de quelque chose de nouveau. La semaine prochaine, je vais devenir le doyen des joueurs qui n'ont pas subi d'opérations à la hanche", avait-il plaisanté avant son match du 3e tour.
                  
Zverev encore contrarié                 
                  
Le Serbe Miomir Kecmanovic, 19 ans, n'avait remporté qu'un seul match sur le circuit ATP avant d'arriver à Indian Wells.

Il se retrouve pour la première fois de sa carrière en 8e de finale d'un Masters 1000 après avoir battu son compatriote Laslo Djere, 32e au classement ATP, en deux sets 6-2, 7-6 (7/3).

Le 130e mondial avait initialement échoué à se qualifier pour le tournoi en perdant son dernier match des qualifications, mais il est entré dans le tableau principal au 2e tour avec le statut de "lucky loser" à la suite du forfait du Sud-Africain Anderson, blessé à un coude.

Le beau parcours de l'Américain Marcos Giron, dont la carrière a été freinée par deux opérations aux hanches en l'espace de six mois, a en revanche pris fin.

Giron, 217e mondial, a fait trembler le Canadien Milos Raonic pendant deux sets et demi, avant de s'incliner 4-6, 6-4, 6-4.

Il menait 4-1 dans le troisième et dernier set, avant de perdre pied face à la puissance et à l'expérience de Raonic, finaliste du tournoi californien en 2016.

Enfin, l'histoire d'Alexander Zverev avec Indian Wells a connu un nouveau raté. Le N.3 mondial, malade, n'a pas pesé lourd face à son compatriote Jan-Lennard Struff qui l'a dominé 6-3, 6-1.

En quatre apparitions dans le tableau principal, le cadet des frères Zverev, 21 ans, n'a jamais dépassé les 8e de finale.