MotoGP: Marc Marquez, sans pitié, écrase ses rivaux en Australie

Reuters

Fidèle à son jeu du chat et de la souris, l'Espagnol de 26 ans a pourchassé sur sa Honda son compatriote Maverick Vinales (Yamaha), laissant ce dernier mordre la poussière en chutant dans l'un des ultimes virages.

C'est la 11e victoire de la saison pour Marquez et la 55e de sa carrière en MotoGP. Il n'a plus devant lui que le quadragénaire Valentino Rossi --qui disputait à Phillip Island son 400e Grand Prix-- et Giacomo Agostini, 77 ans, présent en Australie pour fêter le vainqueur.

"Nous avons un joué un coup de dé avec le choix de pneu arrière et à la fin il était complètement détruit, mais cela a fonctionné", a souligné Marquez après l'arrivée.

Les nuages qui s'amoncelaient sur le circuit n'ont pas crevé avant le drapeau à damier et c'est avec plus de 11 secondes d'avance sur le Britannique Cal Crutchlow sur une autre Honda, celle de l'écurie satellite LCR, que le champion espagnol a franchi la ligne.

"Difficile" pour Quartararo

Derrière, la lutte a été acharnée, faisant dès les premiers virages deux victimes avec Danilo Petrucci (Ducati) et Fabio Quartararo (Yamaha-SRT), qui était parti en 2e position sur la grille derrière Vinales mais devant Marquez.

L'Italien a chuté et a accroché en retombant sur la piste la roue arrière du Français, qui est à son tour tombé.

"Ca a été un week-end difficile, avec une grosse chute vendredi (lors des essais libres 1, qui lui a valu un hématome à la cheville gauche, ndlr) et une chute dimanche", a raconté "Quarta", qui à 20 ans est la révélation de 2019. "Si Petrucci ne m'avait pas touché, je serais de toute façon probablement sorti sur l'herbe et j'aurais perdu beaucoup de places. C'est ma première saison et je vais apprendre de ça. Je vais maintenant prendre du temps pour me reposer et récupérer" avant le GP de Malaisie (1er-3 novembre), où son équipe évoluera à domicile.

Si Crutchlow est parvenu à s'intercaler entre les deux leaders et le reste du peloton pendant la plus grande partie de la course, Rossi a pris un départ canon et mené pendant les premiers tours. Il est ensuite rentré dans le rang, laissant les Ducati de Jack Miller et d'Andrea Dovizioso mais aussi les Aprilia de Andrea Iannone et d'Aleix Esparagaro s'expliquer.

Ces dernières n'avaient plus été depuis longtemps à pareille fête, témoignant de leurs récents progrès. Quant aux Ducati, elles ont été la peine pendant tout le week-end, n'arrivant pas à se mêler à la lutte en tête.

Le héros local Miller est toutefois arrivé à monter sur la 3e marche du podium, mais à plus de 14 secondes de Marquez et profitant surtout de la chute de Vinales.

Zarco en apprentissage

Pour le champion du monde, il ne reste plus qu'à remporter les deux dernières courses, en Malaisie puis à Valence, pour égaler son record de 13 victoires en une saison.

Quant à Johann Zarco, qui revenait en MotoGP avec Honda-LCR après la fin de son expérience difficile avec KTM, il a terminé 13e. Il s'agissait surtout pour lui d'apprendre à connaître la moto qu'il pilotera encore pour les deux derniers GP en remplacement du titulaire, Takaaki Nakagami, blessé.

"La course était super", a-t-il commenté, saluant le "beau combat" avec son ex-équipier Pol Espargaro. "13e, c'est bien, c'était bon de revenir et la course est toujours difficile ici".

En Moto2, le Sud-Africain Brad Binder (KTM) s'est imposé, alors que le jeune frère de Marc Marquez, Alex, n'a pu saisir sa première occasion d'être couronné champion.

En Moto3, l'Italien Lorenzo Dalla Porta (Honda) ne l'a en revanche pas ratée, remportant son premier titre dans la catégorie à 22 ans, tout en s'adjugeant la course comme cerise sur le gâteau.