le PSG tout proche de son sixième titre

twitter/@psghand

A cinq matchs de la fin, les Parisiens possèdent huit points d'avance sur Nantes, qui devrait réduire l'écart à six unités après son match à Toulouse en soirée, et sur Montpellier, ainsi que l'avantage au goal-average particulier. On voit mal comment ils pourraient perdre quatre fois alors que leur bilan est pour le moment quasiment parfait: 20 victoires, 1 nul.

Le PSG pourrait être sacré pour la cinquième fois d'affilée dès la prochaine journée, le 9 mai, s'il s'impose à Aix et si Nantes a trébuché la veille contre Nîmes.

Ce classique contre Montpellier avait perdu son parfum de finale à cause de la domination totale des Parisiens depuis le début de la saison. Mais le PSG n'a pas laissé passer l'occasion d'enfoncer le clou face au rival qui lui a fait subir sa seule défaite significative cette saison, en quart de finale de la Coupe de France. Il a surtout soigné sa confiance à une semaine du quart de finale de la Ligue des champions chez les Polonais de Kielce.

Soutenus par les Ultras du football, les Parisiens n'ont laissé aucune place au suspense en étouffant le MHB grâce à une défense de très haut niveau dès le début du match. Après 20 minutes, les Montpelliérains n'avaient pu marquer que cinq fois (10-5). 
                  
Une défense de fer 

Paris a toujours gardé la situation bien en main, avec au minimum trois longueurs d'avance, grâce aux buts de l'Allemand Uwe Gensheimer (8), de Nedim Remili (5), remarquable aussi dans le rôle de passeur, du pivot Luka Karabatic (6), et aux 15 arrêts du gardien espagnol Rodrigo Corrales.  

"On a dominé du début à la fin, mais ça a quand même été serré parce que Montpellier n'a pas craqué, il a fallu batailler tout le long (du match). On a été solide en défense en première mi-temps, bien solidaires et agressifs", a commenté Luka Karabatic au micro de BeinSports. 

Montpellier va essayer de lutter pour la deuxième place avec Nantes pour terminer sur une bonne note une saison très pénible. Champion d'Europe l'an passé, il va finir sans titre, si l'on excepte l'anecdotique Trophée des champions de début septembre.

"C'est très dur de bien jouer ici parce que Paris est une très belle équipe. Ils ont été plus forts et il faut l'accepter. Pour le titre, il faut presque faire une croix dessus mais il y a une deuxième place à aller chercher", a dit le capitaine Valentin Porte.