ICON SPORT

Le Racing 92 renaît à Montpellier

Les Racingmen, champions de France en titre, rejoignent Clermont en demi-finales du Top 14, après leur victoire ce samedi, à Montpellier (13-22). 

Les Montpelliérains auraient dû se méfier. Après tout, ce Racing 92, déjà capable de s’imposer à Toulouse en 2014 (16-21), connaissait la recette de ces victoires en barrages si rares à l’extérieur (*).

Le syndrome de la bête blessée joue à plein dès l’entame de match pour ce tenant du titre si soucieux, après sa saison plombée par les affaires, de remettre les pendules à l’heure. Dan Carter échoue peut-être sur sa première tentative au pied (2e), le double champion du monde dynamise le jeu de son équipe, méconnaissable après ses errements de la saison régulière. Avec pour fers de lance cette volonté de prendre les commandes du jeu et du match, le label fidjien de Joe Rokocoko et Leone Nakarawa. Si un premier essai est refusé à Yannick Nyanga pour un ongle passé en touche (14e), Nakarawa, lui, sait profiter de la feinte de maul des siens, et surtout de l’absence grossière de la défense montpelliéraine, qui laisse le champion olympique filer sous les poteaux inscrire son huitième essai de la saison (0-7, 15e).

Transfigurés les Racingmen !

Contre le vent, le MHR, bien que conscient de la capacité des Racingmen à se relever, est surpris par tant d’intentions de la part d’un adversaire transfiguré. Mais les Héraultais réagissent sur cette touche, perdue par les visiteurs au niveau de la ligne médiane, par Paillaugue qui, en filou, concrétise le premier mouvement d’envergure de sa formation (7-7, 19e).

Comme à Mayol la veille, le parfum de la phase finale libère les guerriers. Avec une avalanche de protocoles commotion. Mais pas seulement… Quelle intensité encore ! La charge d’Henry Chavancy éteint Bismarck du Plessis, dont le K.-O. refroidit sa défense, mais le Racing enchaîne avec le jeu au pied de Maxime Machenaud, le duel aérien gagné par Nyanga et la passe pour Teddy Thomas (rentré en jeu à la place d’un Juan Imhoff, blessé), qui conclut en coin (7-14, 24e). Le combat et le rythme aussi entre deux équipes qui se répondent du tac au tac et proposent du jeu ; Montpellier se refait la cerise et refuse par deux fois de prendre les points au pied pour choisir l’épreuve de force, mais se voit refuser justement deux essais, à Antoine Guillamon (38e) et Duvan van der Merwe (40e), pour n’être récompensé que par la botte de Demetri Catrakilis (10-14, 39e).

Les coéquipiers de Fulgence Ouedraogo sont bousculés et ne se facilitent pas la tâche avec le carton jaune pour Frans Steyn, maître à jouer montpelliérain muselé, sur un plaquage illicite (44e). C’est pourtant, malgré cette infériorité, Catrakilis qui exploite l’indiscipline de plus en plus problématique des Ciel et Blanc (13-14, 52e). Des Racingmen qui, pourtant, trouvent les ressources pour confisquer à nouveau le ballon. Et sont à leur tour tout près de toucher en terre promise ; c’est sans compter les défenses coup sur coup de Van der Merwe sur Gerbrandt Grobler, envoyé en touche à cinq mètres de l’en-but (59e), et de Nagusa sur Eddy Ben Arous, qui perd le contrôle du ballon au moment d’aplatir (61e). Comme Carter est trop court au pied (69e), tout reste à faire…

C’est Rokocoko qui se charge de libérer le champion. Une sautée de Chavancy pour le Kiwi cette fois décisif en coin (13-19, 75e), sans que Carter, encore maladroit, ne transforme… Sans conséquence. Montpellier a perdu le fil et, comme un symbole de l’échec de l’ère Jake White, le Sud-Africain Jeannie du Plessis voit rouge pour ce coup de poing sur Bernard Le Roux et scelle un peu plus l’élimination de son équipe. C’est le Racing qui rejoint Clermont dans le dernier carré.   
-----------------------------------------------
(*) Seules deux autres équipes (Montpellier à Castres en 2011 et Castres à Clermont en 2014) ont réussi à s’imposer à l’extérieur, sur 14 barrages disputés depuis 2010.


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement