Le rêve des Bleus continue

L'équipe de France est parvenue jeudi soir à se qualifier pour la finale de l'Euro 2016 en prenant le meilleur sur les champions du monde en titre, l'Allemagne de Joachim Löw (2-0).

Ils l’ont fait ! Dans la chaleur de l'été marseillais, les Bleus ont donc réussi à dompter l’Allemagne, championne du monde en titre, en demi-finales de "leur" Euro jeudi soir. Et avec la manière ! Une victoire 2-0 acquise grâce à un doublé d’un Antoine Griezmann définitivement stratosphérique et plus que jamais meilleur buteur de la compétition, avec désormais six buts au compteur. Après l’Euro 1984 et la Coupe du monde 1998, les Français ont aussi encore prouvé que lorsqu’ils organisent une compétition, ils vont, au moins en finale. Mais pour que la fête soit complète, il faudra évidemment finir le travail dimanche soir face à des Portugais qui, malgré les critiques que peut susciter leur jeu, ne sont pas arrivés jusque-là par hasard…

Tout avait d’ailleurs débuté (presque) comme dans un rêve, avec une entame extrêmement rythmée des Bleus, de nouveau positionnés en 4-2-3-1 avec Umtiti et Sissoko alignés d'entrée dans un Vélodrome en fusion. Dix premières minutes où Payet réclamait d’abord un penalty après avoir vu son centre contré par le coude de Can (2e), titulaire dans l’entrejeu aux côtés de la sentinelle Schweinsteiger, avant que Griezmann ne se procure une énorme occasion après un une-deux avec Matuidi. Mais sa frappe à l’entrée de la surface, pas suffisamment appuyée, était détournée par Neuer (7e).

La colère allemande

Un portier allemand qui allait ensuite se saisir sans sourciller des deux coup-francs lointains obtenus par les Tricolores dans ce premier acte, signés Payet (25e) et Pogba (37e). Pris à contre-pied, il ne pouvait en revanche rien faire sur le penalty parfaitement frappé par Griezmann, consécutif à une main de Schweinsteiger, dans le temps additionnel (1-0, 45e). Cette décision provoquait d’ailleurs le courroux des Allemands, qui estimaient eux aussi devoir mériter un coup de pied de réparation après que Pogba ait accroché le talon de Kroos à l’extrême-limite de la surface (21e).

A moins que les hommes de Joachim Löw n’aient été en colère contre eux-mêmes à l’issue de cette première période où, après avoir subi lors des dix premières minutes, les champions du monde allaient prendre possession du ballon (65% au final pour eux), et se montrer de plus en plus dangereux. Comme sur ces deux tentatives de Müller (13e, 39e), la deuxième étant captée en deux temps par Lloris, encore à la parade face à Can (14e) puis Schweinsteiger (26e).   

Pogba s'amuse avec Mustafi

Les Bleus, eux, auraient pu ouvrir le score quelques instants avant leur penalty, quand Giroud, récompensé de son abnégation par un contre favorable, filait droit au but mais était repris in-extremis par Höwedes (42e). De nouveau en situation idéale dès la reprise, le Gunner butait cette fois sur Boateng (47e), avant de remiser dans la foulée pour Griezmann. Le patron de la défense allemande, en l’absence d’Hummels, devait ensuite céder sa place sur blessure à Mustafi (61e), et les Bleus n’allaient pas tarder à en profiter.

Pogba s’amusait avec le défenseur de Valence avant de délivrer un centre mal dégagé par Neuer, qui n’est donc pas parfait, et Griezmann surgissait pour inscrire du pointu son sixième but de l’Euro, dans une ambiance indescriptible (72e) ! Suffocantes, les vingt dernières minutes semblaient interminables. Surtout quand Kimmich envoyait un missile sur le poteau de Lloris (74e), qui devait réaliser un arrêt exceptionnel dans le temps additionnel face au même joueur du Bayern (93e), alors que Sané (79e) et Höwedes (82e) avaient eux flirté avec les montants. Mais les Bleus tenaient bien cette précieuse et jouissive victoire, qu’ils sont ensuite allés célébrer sans compter avec leurs supporters. Qui n’attendent désormais plus qu’une chose: les voir soulever le trophée Henri-Delaunay dimanche soir à Saint-Denis.


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement