Bientôt une puce antidopage ?

Les acteurs de la lutte antidopage pourraient prochainement se doter d’une nouvelle arme de dissuasion. Dans la presse britannique, Mike Miller, directeur général de la WOA, l’Association mondiale des Olympiens qui regroupe d’anciens participants aux JO à travers le monde, préconise l’implantation d’une puce dans le corps des athlètes pour un suivi fiable et efficace.

"Nous mettons des puces à nos chiens. Cela ne semble pas leur nuire. Alors pourquoi ne pas mettre des puces sur nous-mêmes, plaide-t-il. Nous devons faire face aux tricheurs. Je pense que, dans cette quête d’éradication du dopage, nous devons mettre des puces munies des dernières avancées technologiques sur nos athlètes."