Les Bleus hypothèquent leurs chances

FFVB

C’est cruel. Cruel parce que la défaite intervient au cinquième set, alors que les Bleus avaient dominé les deux premiers actes. Cruel parce qu’une décision arbitrale litigieuse semble s’être glissée dans le money time malgré le recours à la vidéo. Une histoire d’attaque adverse sortante prétendument détournée par le contre tricolore… sans la moindre image probante à l’appui. Or ce France-Pays-Bas s’est bel et bien joué sur des détails, ce dimanche en Bulgarie.

En cette quatrième journée du Mondial 2019, les hommes de Laurent Tillie sont d’abord apparus irrésistibles, certes crédités d’une entame difficile mais vainqueurs tout de même des deux premières manches avec autorité (25-23, 25-19). Las, au lendemain de leur belle victoire sur le Brésil, les Néerlandais se sont rebiffés, et les Tricolores ont lâché du lest. A leur tour dominés dans les troisième et quatrième sets (21-25, 23-25), les Ngapeth et consorts ont fini par baisser pavillon (13-15).       

"C’est dur, je suis dégouté, on est bien dans le match, on sort un gros deuxième set notamment et on s’écroule, soufflait Benjamin Toniutti après coup sur l’antenne de L’Equipe. On était prévenu, on savait ce que valait la Hollande mais on a eu du mal à rester concentré face à une vraie bonne équipe. Il a suffi d’un petit grain pour changer le match, on s’est énervé et on a perdu le fil de notre jeu…" Avec pour conséquence déjà un deuxième revers après celui concédé face au Brésil, déjà en cinq sets. Et une posture fâcheuse avant un dernier match de poule initiale prévu contre le Canada, mardi. Les Bleus alors devront gagner. Sous peine d’aborder la deuxième phase sans unité au compteur. Donc sans avenir dans la compétition.