Ligue des Champions : Paris, du paradis à l'enfer

Quelle incroyable élimination. Le PSG avait fait le plus dur en s'imposant à l'aller 4-0. Mais c'était avant de sombrer ce mercredi au Camp Nou avec 3 buts entre la 88e et la 95e (6-1).

Une humiliation en règle… C’est effectivement historique et le Paris Saint-Germain ne pensait pas à une telle remontada. Malgré une entame catastrophique, la marge folle suite au succès du match aller 4-0 paraissait suffisante. Un début de match complètement manqué par des Parisiens paralysés par l’enjeu pendant trop longtemps. Le Barça en profite d’entrée avec une sortie manquée par Trapp, ce qui profite à Suarez (1-0, 3e). Le ton est donné.

Et Paris se tire une deuxième balle dans le pied avec un but gag. Sur un ballon anodin, Iniesta met la pression, le ballon est dégagé par Trapp sur Kurzawa pour un csc qui fait mal (2-0, 40e). Et la souffrance s’intensifie encore dès la reprise avec une nouvelle bêtise sous la forme d’une glissade de Meunier qui déséquilibre involontairement Neymar dans la surface. Le penalty est logique et Messi ne se fait pas prier (3-0, 50e). La tension est alors palpable et l’ambiance complètement folle.

Une fin de match folle 

Tout du moins jusqu’à ce premier avertissement avec cette frappe de Cavani sur le poteau (52e)… Ce n’est que partie remise avec un coup franc de Verratti, Kurzawa s’arrache pour servir Cavani qui place une reprise gagnante (3-1, 62e). Paris pense avoir fait le plus dur. D’autant que les minutes passent sans incident majeur. Il ne reste que quelques secondes à jouer quand Neymar envoie un coup franc majestueux en pleine lucarne (4-1, 88e).

Ce n’est pas encore dramatique puisqu’il faut deux buts de plus pour être éliminés. Mais ils vont arriver. D’abord pour une faute peu évidente sur un Suarez déjà averti pour simulation. Neymar s’en moque et trompe Trapp (5-1, 90e+1). Et la catastrophe suit sur la dernière opportunité, une louche de Neymar que Sergi Roberto, qui a laissé toute la défense sur place, reprend pour qualifier le Barça (6-1, 90e+5). L’ambiance est indescriptible et le scénario fou. Paris est sonné et va sans doute mettre du temps à s’en remettre. 


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement