Reuters

Ligue des Champions - Naples, le match qui va tout changer

Le match du Napoli à Rotterdam mercredi soir en Ligue des champions va conditionner en partie l'avenir du club italien sur la scène nationale et européenne.

Le groupe F de la Ligue des champions est presque joué. Manchester City s'est montré sans rival pour être au rendez-vous du tour suivant, et là où le SSC Naples a déçu, le Shakhtar Donetsk a su en profiter. Et voilà les Ukrainiens qui disposent d'un matelas de trois points d'avance sur les pensionnaires du San Paolo, avant les dernières rencontres programmées mercredi. Maurizio Sarri sait mieux que quiconque qu'il devra donc mener les siens à la victoire sur la pelouse du Feyenoord Rotterdam d'une part, tout en espérant dans le même temps que les Citizens ne se relâcheront pas sur le terrain de la Donbass Arena et y empocheront un nouveau succès.

Les Napolitains se savent au pied du mur, et n'ont de surcroît pas leur destin entre les mains. Sauf que le Napoli n'a pas la stabilité économique d'une Juventus Turin ou la puissance d'investisseurs étrangers dont bénéficient l'Inter Milan ou l'AC Milan. Autrement dit, si José Manuel Reina et ses coéquipiers sont reversés en seizième de finale de Ligue Europa mercredi soir, ce sont les ambitions de tout un club et de toute une ville qui devront être revues à la baisse au cours des prochaines années. L'équipe arrive progressivement en fin de cycle, et a su conserver quelques-uns de ses meilleurs atouts ces dernières années, mais une large saignée apparaît inévitable l'été prochain.

Empocher avant la saignée

Les Lorenzo Insigne, Dries Mertens, Kalidou Koulibaly, Faouzi Ghoulam et autre Jorginho sont courtisés par des formations plus riches et plus ambitieuses, et tout porte à croire que ces hommes, comme José Callejon ou Marek Hamsik à un degré moindre, vivent leurs derniers mois au pied du Vésuve, que le titre national s'offre ou non à eux au terme de l'exercice en cours. Il y aura donc des rentrées d'argent pour le président Aurelio de Laurentiis, mais insuffisamment pour pouvoir bâtir en réponse immédiate un effectif capable de viser à nouveau le Scudetto. Il faudrait alors repartir sur un cycle de plusieurs années et la reconstruction progressive d'un groupe de qualité.

A moins que les Partenopei ne parviennent à valider leur billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions... Si l'équipe atteint ce premier tour à élimination directe, ce sont au moins 6 M€ supplémentaires qui seront directement injectés dans les caisses, en plus du million et demi promis par l'UEFA pour la victoire à Rotterdam. Sans même rêver des quarts de finale, cette qualification pourrait donc changer l'avenir à court terme du club, car il faudra y ajouter les revenus télé ou encore les recettes au guichet. A défaut, ce sont 500 000 € qui seront empochés au titre de club reversé en Ligue Europa, compétition dont le grand vainqueur perçoit... 6,5 M€. La saison passée, la C1 avait rapporté 66 M€ aux Napolitains, et environ 35 M€, selon Il Mattino, depuis le début de la campagne 2017-2018. Oui, ce Napoli joue très gros mercredi soir aux Pays-Bas...