Flessel favorable aux hôtesses sur le Tour

ICON SPORT

Si les fameuses « grid-girls » de la Formule 1 n’auront pas survécu à la lame de fond qui a suivi l’affaire Weinstein et le mouvement Me too (Balance ton porc), il semble que les hôtesses du Tour de France ont trouvé un soutien de poids en la personne de la ministre des sports Laura Flessel.

La « Guêpe » avait été interpellée en début de mois par la Ville de Paris, qui lui réclamait d’intervenir pour mettre fin à cette tradition des podiums de la Grande Boucle, où des jeunes femmes, réduites à de vulgaires "potiches", réservent leurs bises aux vainqueurs du jour. Adjointe PCF chargée de la lutte contre les discriminations, Hélène Bidard, pointant le caractère rétrograde d’une telle pratique, avait notamment évoqué "une représentation d’une autre époque".

Invitée ce mercredi sur France Inter, Laura Flessel a pris le contrepied. Non seulement, elle ne voit là rien de sexiste, mais elle plaide de toute évidence pour la poursuite de ce protocole. "Il n'y a rien de sexiste, assure-t-elle. Il ne faut pas mettre du sexisme partout. Ce sont souvent des étudiantes qui gagnent aussi un petit salaire pendant ce Tour de France (...) mais je pense que ces jeunes filles ne sont pas mal utilisées." Pour rappel, de jeunes championnes ou champions pourraient remplacer ces hôtesses, selon la proposition de la Ville de Paris.