Djokovic est bien dans le coup

Twitter

Arrivé à Melbourne sans référence aucune, six mois après son dernier match officiel, à Wimbledon, Novak Djokovic peut être rassuré. Après un tour de chauffe facile contre l’Américain Donald Young (6-1, 6-2, 6-4), le Serbe a pu mesurer sa capacité à tenir le choc physiquement face à un Gaël Monfils qui lui a flanché par 40 degrés (4-6, 6-3, 6-1, 6-3). Et ce samedi, devant Albert Ramos-Vinolas, c’est dans le jeu que "Nole" s’est révélé solide en diable pour s’imposer sans sourciller, en trois petits sets et 2h21 (6-2, 6-3, 6-3).

Malgré une entame de match accrochée, le "Djoker" n’a pas tardé à se défaire de l’emprise du 22e joueur mondial – un Ramos d’ordinaire laborieux qui dans les longs runs cette fois n’a pas su tenir la distance. Même en début de deuxième manche, quand Djokovic a sollicité le kiné pour une gêne située sur le haut de la jambe gauche, l’Espagnol n’a jamais paru en mesure de bousculer son adversaire, crédité d’un 14e rang à l’ATP en trompe-l’œil. Sitôt remis sur pied, le Serbe s’est adjugé un point joué en 24 coups. Tout un symbole…

S’il joue toujours avec une manche de contention pour protéger un coude droit qui, selon lui, l’empêche à ce jour de lâcher totalement ses coups, Novak Djokovic monte bel et bien en puissance dans cet Open d’Australie. Avec désormais en perspective, non pas le duel avec Alexander Zverev qui lui semblait promis au tirage au sort, mais un vrai test contre le surprenant Sud-Coréen Hyeon Chung, bourreau de l’Allemand en cinq manches un peu plus tôt dans la matinée (5-7, 7-6, 2-6, 6-3, 6-0). Une confirmation à cette occasion est attendue de la part du sextuple vainqueur du premier trophée majeur de la saison.