Le Napoli peut-il toujours croire au Scudetto ?

Reuters

Un Gigi peut en cacher un autre. Dans l’ombre d’un Buffon plongé dans la tourmente, Donnarumma a brillé contre le Napoli dimanche soir. D’une parade miraculeuse face à Milik dans les arrêts de jeu, il a mis un sacré coup au rêve du Scudetto des Partenopei. D’une main providentielle, il a éclairé le chemin de la Juventus vers le titre. Un chemin où ne restent désormais que peu d’embûches, aux allures de route à sens unique. Insigne, Mertens et consorts peuvent-ils encore sortir de la pénombre et faire dérailler la Vieille Dame ?

Remonter six points ? Mission impossible
 

Cette saison, au cynisme de la Juventus, s’oppose la fougue du Napoli. Implacable en championnat, la Vieille Dame, pleine de sang-froid, était parvenue à faire dérailler la Lazio début mars grâce à un but de Dybala au bout du suspense. Un exemple qui illustre parfaitement la propension des Bianconeri à relever la tête lors des moments cruciaux de la saison. A l’inverse, Naples, avec son jeu ultra offensif, était parvenu à se sortir d’un épineux piège contre le Chievo la semaine dernière, en marquant deux buts dans les arrêts de jeu pour s’imposer. Les Partenopei n’ont pas su réitérer l’exploit contre Milan dimanche soir. Seul aux quatre mètres à la dernière seconde, Milik a buté sur la main de fer de Gianluigi Donnarumma, quand la Juventus s’imposait sans trembler contre sa bête noire, la Sampdoria.

Vidéo : L'arrêt miraculeux de Donnarumma

Au sortir de cette 32ème journée, la Juventus compte désormais six points d’avance sur les Azzurri. Depuis l’instauration de la victoire à trois points dans le championnat italien (1994-1995), aucune équipe n’a réussi à remonter une telle différence lors des six dernières journées, explique la Gazzetta dello Sport. La dernière fois qu’un club disposait d’un tel écart à six matchs de la fin, c’était justement la Juventus, il y a deux ans, face au… Napoli.

Le plus grand écart remonté depuis la saison 94-95 est de quatre points, quand Milan avait surpassé la Lazio en 1999. Plus globalement, sur les 23 derniers championnats, l’équipe en tête à six journées de la fin a été sacrée championne 20 fois. La Vieille Dame semble ainsi sur les bons rails pour remporter son septième Scudetto de suite.


Retrouver de la réussite pour espérer
 

Si l’histoire est du côté de la Juventus, les joueurs de Maurizio Sarri ne comptent pas baisser les bras. Le capitaine des Partenopei espère toujours soulever le trophée dans quelques semaines. « Les mathématiques ne nous donnent pas encore perdants, explique Marek Hamsik sur son site internetIl reste 18 points à prendre et nous lutterons jusqu’au bout. » Et pour cause, les motifs d’espoir existent bel et bien pour le Napoli. La bande à Sarri doit d’abord retrouver sa réussite devant les cages. Lors de la première partie de saison, Insigne et consorts avaient marqué à 42 reprises. Depuis, ils n’ont marqué que 24 fois. Symbole des difficultés offensives napolitaines, Dries Mertens, qui n’a plus inscrit le moindre but depuis le 3 mars.  

Si Sarri parvient à redonner de l’allant offensif à sa bande, elle pourrait retrouver les forces qui lui ont permis de réaliser un début de saison historique : assumer son niveau et battre les équipes plus faibles (principal défaut constaté ces dernières saisons) et briller contre les équipes du même calibre (victoires contre la Lazio, la Roma et Milan en première partie d’exercice.)

Juventus-Naples, la rencontre décisive
 

Quoi qu’il en soit, la saison des deux équipes se jouera en grande partie ce dimanche soir à l’Allianz Stadium. La Vieille Dame accueillera le Napoli dans un choc au sommet. En cas de victoire des Bianconeri, et dans l’hypothèse où les deux équipes gagnent leur match en ce milieu de semaine, la Juventus pourrait être sacrée face à l’Inter le 28 avril prochain. A l’inverse, une victoire napolitaine relancerait complètement la fin de saison. Les Azzurri reviendraient alors à trois unités, et pourraient regagner l’avantage des confrontations directes, qui est pour l’instant en faveur de la Juventus (victoire 1-0 au San Paolo à l’aller). La fin de saison s’annoncerait alors explosive, avec un choc entre la Roma et la Juventus pour la J37, et un calendrier beaucoup plus favorable aux Partenopei.

Si l’avantage historique est à la Juventus, le Napoli peut encore espérer faire vaciller la Vieille Dame en retrouvant ses principes de base. Insigne, Albiol et consorts offriraient alors un titre à une cité qui patiente depuis 28 ans.

Vidéo : La Juventus s'impose au San Paolo