Panoramic

Dix ans avant la finale de Cardiff, la Juventus remontait en Serie A

Il y a dix ans jour pour jour, la Juventus Turin battait l’Arezzo pour assurer son retour en Serie A. Guidée par un mélange de champions du monde et de jeunes espoirs, la Vieille Dame avait alors roulé sur l’une des éditions les plus relevées du championnat de deuxième division.

Le 19 mai 2007. A Turin, cette date est marquée d’une pierre blanche. Sa seule évocation suffit à raviver le souvenir heureux d’une remontée en Serie A, un an après l’avoir quittée suite au scandale du Calciopoli. Dix ans après, comme un symbole, la Vieille Dame, jamais fatiguée, s’apprête à remporter son sixième Scudetto d’affilée, un record de l’autre côté des Alpes. Mais pour y parvenir, Buffon, Marchisio et autres Chiellini ont dû passer par l’échelon inférieur. Retour sur le passage éclair des Bianconeri en Serie B.

Calciopoli et arrivée en Serie B

Vainqueur de la Serie A lors de la saison 2005-2006, la Juventus Turin ne va pas faire durer les festivités. A peine débouchées, les bouteilles de champagne et autres amuse-gueules sont rapidement rangés au placard. Et pour cause, le scandale du Calciopoli éclate. La Vieille Dame est déchue de ses deux derniers Scudetti et reléguée en Serie B avec une pénalité de neuf points. L’exercice qui s’apprête à débuter s’annonce long, pesant et compliqué. Didier Deschamps doit composer avec le départ de plusieurs de ses piliers, parmi lesquels Zambrotta, Cannavaro, Vieira, Thuram et Ibrahimovic. Le plateau, plus relevé que jamais avec le Napoli et le Genoa, n’est pas non plus là pour arranger les affaires turinoises. Dès le premier match les craintes des supporteurs deviennent réalité : la Vieille Dame concède le match nul 1-1 face à Rimini.

Champions du monde et Ballon d’Or

Malgré les départs de plusieurs de ses cadres, la Juventus dispose encore d’un effectif bien plus pléthorique que ses adversaires. La série de huit victoires consécutives vient rapidement gommer le souvenir d’un première rencontre hasardeuse. Didier Deschamps, premier entraîneur non italien à guider la Juve depuis 33 ans (Cestmir Vycpalek) s’appuie sur le meilleur gardien du monde, Gianluigi Buffon. Tout juste couronné champion du monde, l’Italien décide de rester malgré les sollicitations des plus grandes écuries. « J’avais besoin de stimuli, expliquera quelques années après le gardien. Je suis resté par reconnaissance, une valeur qui semble avoir disparu dans le football. » Après avoir concédé son premier but face à Rimini, l’Italien n’en encaissera que 20 autres en 37 matchs.

Dans son secteur offensif, Deschamps compte sur Mauro Germán Camoranesi, fraichement champion du monde lui aussi, qui bouclera l’exercice avec quatre buts. Sur le côté gauche, l’entraîneur français peut s'appuyer sur Pavel Nedved, Ballon d’or 2003, qui décide lui aussi d’accompagner la Vieille Dame en Serie B malgré les sollicitations extérieures. Une expérience qui a marqué le Tchèque : "Quand je regarde dans le rétroviseur, je suis très content d’avoir vécu cette expérience, car nous avons gagné le respect, pas seulement en tant que footballeur mais également en tant qu’hommes, et c’était très beau. Tous nous ont apprécié, pas seulement nos supporteurs. »

Capocannoniere de Serie B cette année-là, Alessandro Del Piero n’a pas non plus cédé aux sirènes de l’étranger. L’Italien restait sur un tir au but victorieux en finale de la Coupe du Monde face à la France. Si le retour à la réalité fut compliqué en Serie B, il a guidé son équipe vers la remontée avec 20 buts en 35 matches, accompagné en attaque par un finaliste malheureux au même Mondial, David Trezeguet. Le Français, qui avait, lui, raté le tir au but, a terminé la saison avec 15 buts au compteur en 31 matchs. De quoi s’inscrire un peu plus dans la légende de la Juventus, lui qui en demeure le meilleur buteur étranger avec 171 pions.

Chiellini et Marchisio, les étoiles montantes

Pour pallier les départs de plusieurs de ses cadres, Didier Deschamps n’a pas hésité à révéler sur le devant de la scène des jeunes pousses qui font encore les beaux jours de la Vieille Dame cette saison. Claudio Marchisio a ainsi fait ses débuts professionnels avec la Juventus en Serie B, où il est devenu titulaire indiscutable au milieu de terrain et mascotte des tifosi. Arrivé à Turin un an auparavant, Giorgio Chiellini s’est révélé aux yeux du monde entier dans l’antichambre de la Serie A. Depuis, il n’est jamais sorti de l’équipe type turinoise. Didier Deschamps a également révélé Mirante, Palladino, De Ceglie, et un certain Giovinco.

Après son succès face à l’Arezzo synonyme de retour en Serie A, la Juventus a conquis le titre le 26 mai face à Mantova. Si Didier Deschamps s’en est allé dans la foulée pour quelques divergences avec ses dirigeants, la Juventus a continué sa progression. Dix ans après, elle vient de remporter la Coupe d’Italie et peut ce weekend glaner son sixième Scudetto d’affilée, un record en Italie. Elle peut également soulever la Ligue des Champions à Cardiff, le 3 juin prochain. Un beau chemin parcouru, dont Gianluigi Buffon, Giorgio Chiellini et Claudio Marchisio en sont encore les leaders. Le temps passe, les légendes demeurent.

La Juventus lors de la saison 2006-2007 :

La Juventus Turin depuis sa remontée en Serie A :

  • 5 Scudetti : 2011-2012, 2012-2013, 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016
  • 3 Coupes d’Italie : 2014-2015, 2015-2016, 2016-2017
  • 3 Supercoupes : 2012, 2013, 2015
  • 2 Finales de la Ligue des Champions : 2015, 2017

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement