Open d'Australie - Chung, la journée des premières

Le poing serré, Hyeon Chung savoure comme jamais. Après deux exploits retentissants contre Alexander Zverev puis Novak Djokovic, le Sud-Coréen n’a pas baissé de pied lors du quart de finale qui l’opposait à Tennys Sandren. Ce duel avait pourtant tout du match piège mais contrairement à d’autres, Chung n’a surtout pas levé le pied de l’accélérateur pour éviter toute mauvaise surprise.

Il ne semble de toute manière pas du genre à se poser de questions et cela fonctionne très bien comme ça. Une insouciance réelle mais surtout une qualité tennistique indéniable qui devrait rapidement le pousser vers les sommets. S’il est le plus jeune joueur en demi-finale d’un Grand Chelem depuis Cilic à Melbourne, déjà, en 2010, il est également le joueur avec le classement le plus bas (58e avant le tournoi) dans le dernier carré depuis Marat Safin (86e) en 2004. Ce qui ne l’a pas empêché de remporter le Masters des NextGen à l’automne dernier.

 

 

Lors de ce quart de finale, le Sud-Coréen n’a pas traîné. Un break rapide dans le premier set, comme dans le 3e pour faire la différence et il a pu dérouler. Et comme face à Djokovic quand cela n’a pas suffi, il ne s’est pas désuni, restant positif. Ainsi, d’un break immédiat d’avance pour mener 2-0, il s’est retrouvé dos au mur à 3-5 service Sandgren dans la deuxième manche. Cela ne l’a pas empêché de s’accrocher pour revenir arracher un tie-break et enfoncer le clou dans la foulée. Chung était tout simplement trop fort pour l'Américain. Le voilà qui entre également dans l’histoire de son pays avec cette place dans le dernier carré du premier Majeur de l’année. Et ce n’est qu’un début…