Icon Sport

L'OM est en réussite

Marseille est allé s'imposer à Nantes ce samedi dans le cadre de la deuxième levée de L1. Une victoire acquise à l'arraché grâce à Ocampos (0-1).

Pas une conférence de presse ne passe à Marseille sans que la question brûlante du mercato ne s’invite dans les débats. C’est une évidence, l’OM qui s’acharne à recruter absolument un attaquant de pointe a besoin de deux choses: davantage de sérénité sur ses arrières et davantage de liant entre ses lignes. Un défenseur central fiable et un milieu relayeur de choix ne sauraient être de trop, ainsi, dans cet effectif phocéen qui par ailleurs jouit d’une faculté de percussion certaine.

C’est d’ailleurs un Ocampos des plus percutants qui a offert la victoire aux siens, en toute fin de match, d’une reprise brouillonne conclue en deux temps, à bout portant et du coude, sur un centre de Thauvin prolongé par le remuant et déjà indispensable Germain (0-1, 87e). Un but inscrit en force, quand la méthode douce à plusieurs reprises a échoué devant l’impeccable Tatarusanu, auteur d’un match abouti pour sa première dans la cage nantaise, avec de (très) beaux arrêts accomplis devant les Zambo, deux fois (4e, 43e), Thauvin (8e) et Germain (35e).

"Un autre Marseille"

Menés au points à la pause malgré une bonne réplique de Bammou en début de rencontre (6e), les Canaris ont eu le mérite de ne pas sombrer après avoir perdu trois éléments sur blessure dans les 25 premières minutes (Rongier (12e), Bammou (20e) et Kacaniklic (24e) ont tour à tour été remplacés par Moutoussamy, Thomasson et Iloki). Sans compter la mésaventure de Diego Carlos qui, l’épaule probablement démise, a tenu à rester sur le terrain pour jouer le dernier quart d’heure. Ainsi diminués, les Nantais, en quête de rachat après leur lourd revers initial à Lille (3-0), n’ont pas abdiqué, manquant même de faire la différence par le Brésilien suscité avant l’heure de jeu (59e).

Après l’ouverture du score, les hommes de Claudio Ranieri ont frôlé trois fois l’égalisation, sur deux têtes signées Sala – dont une repoussée par la barre transversale (89e, 91e) – et une reprise à bout portant de Thomasson (90e). "On a fait le taf, soufflait soulagé Rami, à chaud, sur l’antenne de Canal+. Il y a encore des choses à perfectionner, on va revoir le match, on va travailler cette semaine. Aujourd’hui c'est un autre Marseille - sans manquer de respect à l'équipe de l'année dernière - et il faut se faire respecter, en mettant le bleu de chauffe. Aujourd’hui, on avait mis le bleu, maintenant il faut chauffer le tout." Une image plutôt bien trouvée au vu des circonstances. Après deux journées, l’OM, pas malheureux, affiche six points au compteur avec quatre buts marqués et pas un seul encaissé.