Ligue 1 : Paris toujours vivant !

Paris a dominé l'Olympique lyonnais (2-1) dimanche, lors de l'ultime match de la 30e journée de Ligue 1. Les trois buts ont été inscrits en première période, et l'OL a mené à la marque...

Une grande et belle première période. Voilà ce qu’ont offert le PSG et Lyon au Parc des Princes, faisant honneur aux affiches du dimanche soir cette saison en Ligue 1. Si le second acte a été beaucoup moins intense, occasionnant une pointe de déception, on a bien vu un match entre deux des très grosses écuries du championnat. C’est le PSG qui, après avoir craint pour son matricule en début de match, s’est imposé 2-1, pour sa première sortie dans son antre depuis la terrible élimination en Ligue des champions à Barcelone.

Avec Mathieu Valbuena titulaire, l’OL a d’abord surfé sur la vague de sa qualification de jeudi, et plus globalement de ses dernières semaines, laissant le PSG la tête sous l’eau et frôlant un 2-0 rapide. Puis les Parisiens ont eu l’immense mérite d’accélérer et de concrétiser leurs occasions dans le dernier quart d’heure de la première période. Et là, les Lyonnais ont finalement payé leurs efforts de jeudi en Italie et la répétition des matches. Après la pause, les Gones étaient simplement éteints, ce qui a évidemment arrangé les joueurs d’Unai Emery.

Rabiot: "Pas mal de gens étaient en colère"

Javier Pastore, titulaire au milieu avec Adrien Rabiot et Marco Verratti (Blaise Matuidi et Thiago Motta ne sont entrés qu’en seconde période), a été un des grands hommes du succès du Paris Saint-Germain. Après l’ouverture du score rapide d’Alexandre Lacazette (0-1, 6e) et un autre cafouillage très chaud dans la surface parisienne, presque dans la foulée, l’Argentin a adressé deux offrandes à Adrien Rabiot (1-1, 34e) puis Julian Draxler (2-1, 40e). Angel Di Maria aurait aussi pu apporter sa pierre à l’édifice (37e, 75e).

Alexandre Lacazette, s’il a donc fait trembler les filets de Trapp, est sorti tôt en seconde période, visiblement éreinté. Edinson Cavani, qu’on attendait tant dans ce match dans le match, n’a pas marqué. On notera enfin le bon match de Serge Aurier, très actif sur son côté droit. Les Monégasques, eux, retiendront surtout que le PSG (qu’ils retrouveront dans deux semaines, à Lyon, pour une finale de Coupe de la Ligue bouillante) reste bien leur dernier adversaire dans la course au titre de champion de France.