Les Verts se sentent lésés par la VAR

Icon Sport

S’ils ont battu deux fois Gurtner, le portier amiénois, dimanche dans leur Chaudron, les Verts n’en ont pas moins concédé un match nul et vierge dans le cadre de la 4e journée de Ligue 1. Les buts de Khazri (44e) et Kolodziejczak (77e) ont été refusés pour un hors-jeu et une poussette de ce dernier sur Monconduit, après recours à la VAR. Une assistance vidéo qui n’a pas décelé en revanche les trois penaltys dont aurait pu bénéficier l’ASSE dans cette rencontre.

Khazri (25e) et Beric (81e) ont tous deux été bousculés dans la surface de réparation, quand Dibassy y a commis une main manifeste sur un centre de Salibur (50e). "Toutes les décisions ont été contre nous, ça arrive…", dixit un Jean-Louis Gasset bon prince, même si l’intéressé ne manque pas d’évoquer une action similaire qui la veille a valu un penalty et un carton rouge aux Angevins contre Lille. "Il faut que tout le monde soit arbitré de la même manière", conclut-il. Diony, lui, le dit clairement, même s’il ne brandit pas cette remarque comme une excuse à son mutisme: "Il y a des faits de jeu où l’arbitrage ne nous a pas aidés !"

Khazri est plus incisif dans le commentaire: "Ça fait chier, mais je préfère ne pas en rajouter…" Diony poursuit: "Je pense qu’il y a penalty au moins deux fois… Sur la main, j’en suis sûr et certain ! Mais nous, on n’a pas le droit à la VAR." Un sentiment partagé par un Yann M’Vila remonté à sa sortie du terrain, devant les caméras de beIN SPORTS: "La main, il nous assure clairement qu’on lui a dit à l’oreillette qu’elle est collée au corps. Peut-être, mais va au moins vérifier par toi-même ! Pour la faute sur Robert Beric, il n’a rien voulu savoir. Mais quand les Amiénois vont sur lui pour lui dire qu’il y a faute sur notre but, il vérifie la VAR. Il faut que ça soit dans les deux sens. Il n’y a pas de dialogue. Les arbitres viennent nous faire un cours en début de saison pour qu’il y ait une relation entre eux et nous mais certains n’arrivent pas à l’appliquer."