Fourcade, plus de la colère que de la déception


"J’ai vraiment été nul sur ces deux dernières balles…" Martin Fourcade peste dans l’aire d’arrivée. Il va sans doute lui falloir du temps pour digérer une déception forcément énorme. Le champion olympique de la poursuite à Pyeongchang avait en effet réalisé tous les efforts pour "jouer devant", comme il aime à le dire, et mener tout au long de cet Individuel. Il est en tête après les 3 premiers tirs, mais sur le dernier tir debout, les trois premières balles sont bonnes, pas les deux suivantes… Johannes Boe en a profité pour l’emporter devant Fak et Landertinger.

"Il ne me restait rien à faire pour aller chercher ce titre"

"Il ne me restait rien à faire pour aller chercher ce titre", lâche, sur France 3, un Martin Fourcade le visage très fermé, puis ajoute: "Ce n’est pas de la déception, c’est de la colère contre moi-même Il y a pas de pensées parasites, non, ce n’est pas ça… Il n’y a pas de réaction, c’est ce qui ne me plaît pas. Aujourd’hui, il m’a manqué de la force pour concrétiser". Martin Fourcade évoque régulièrement la difficulté mentale du tir, cela prend tout son sens dans la victoire comme, ce jeudi, dans l’échec. Car cette fois, aussi géant soit-il, le leader de la Coupe du monde, n’a pas su terminer le travail. "Ça prouve qu’il est humain, mais à ce stade de la course, c’est presque impardonnable", ose Antonin Guigonnat.

Un échec et, forcément, de l’incompréhension pour celui qui est considéré comme le meilleur biathlète de tous les temps. S’il ne peut appréhender de suite les opportunités à venir, inutile d’imaginer autre chose qu’un Fourcade revanchard pour la mass start et les deux relais. Comme il adore aller à la bagarre, et comme il l'a déjà démontré sur la poursuite, ça annonce du très lourd.