Ils pourraient s'en mordre les doigts

Reuters

Gagner, pour assurer la première place du groupe B afin d’éviter un gros poisson en huitièmes de finale et débuter la deuxième phase de cet Euro Français au Parc des Princes, soit près de leur camp de base de Chantilly. Tels étaient les principaux objectifs des Anglais avant d’affronter la Slovaquie lundi soir à Saint-Etienne. Mais les Three Lions, avec une composition chamboulée, n’ont pas accompli pas leur mission, se contentant d’un match nul 0-0 alors que le pays de Galles se défaisait tranquillement de la Russie (3-0), pour finir en tête. Qualifiés mais deuxièmes, les Anglais disputeront donc leur huitième à Nice contre le deuxième du Groupe F, avant un possible affrontement contre l’équipe de France en quarts…  

Face à une équipe slovaque inchangée et devant près de 30 000 supporters anglais présents à Geoffroy-Guichard, Roy Hodgson avait ainsi décidé de procéder à six modifications dans son onze de départ avec notamment les entrées des deux latéraux, Clyne et Bertrand, la mise sur le banc de Rooney, qui a laissé son brassard de capitaine à Cahill, et surtout la titularisation des deux buteurs de Lens, rentrés à la pause face aux Gallois: Vardy et Sturridge. Deux hommes que l’on retrouvait tout de suite en action, le buteur de Leicester, après une première tentative déviée (5e), prolongeant de la tête un centre pour l’attaquant des Reds, contré in extremis (9e). Très acclamé, principalement sur l’air du désormais célèbre «Will Grigg’s on fire», Vardy, lancé par Henderson, pensait ensuite ouvrir le score mais perdait son duel face à Kozacik, parfaitement sorti à sa rencontre (17e).

Le mécontentement du public stéphanois

Le portier slovaque allait de nouveau s’interposer après la demi-heure de jeu en repoussant un tir de Lallana, servi par Clyne au point de penalty sur une action 100% Liverpool (33e). Les deux plus grosses occasions d’un premier acte où les hommes de Jan Kozak auront, eux, rarement su se montrer dangereux, Pecovsky ne parvenant pas à accrocher le cadre (7e), alors que l’inévitable Hamsik s’est lui essayé à un improbable centre tir dans un angle impossible (14e). Mais ce sont bien eux qui manquaient d’ouvrir la marque sur une énorme mésentente entre Smalling et Hart dont Mak ne parvenait pas à profiter (53e), puis quand Weiss venait buter sur le gardien mancunien dans un angle fermé (55e), alors que Clyne avait vu, entre-temps, sa violente frappe à bout portant détournée en corner (54e).

Réclamé par les fans des Three Lions, Rooney effectuait alors son entrée, à la place d’un Wilshere très décevant. Mais c’est un autre entrant, Alli, qui était tout proche d’enfin inscrire le premier but du match, la reprise du joueur de Tottenham étant sauvée sur sa ligne par Skrtel (61e). Sturridge, aux six mètres, ne parvenait pas non plus à tromper la vigilance du dernier rempart du Viktoria Plzen, dans un grand soir (74e), alors que Rooney ne trouvait pas plus la mire (83e). Les efforts de Kane, entré pour le dernier quart d’heure, étaient tout aussi vains, tout comme les dernières tentatives britanniques. Et le Chaudron ne pouvait que gronder après ce match nul et vierge, qui devrait permettre aux Slovaques de décrocher une place de meilleur troisième. Pas mal pour une première participation à la compétition...