Le Brésil prolonge un Tite privilégié

Reuters

"L’expérience de ce premier cycle a établi une relation de confiance entre tous, qui se ressentira lors de la prochaine étape." Tite est un homme chanceux. Car cette signature avait beau être attendue depuis maintenant plusieurs jours, elle n'en reste pas moins un événement pour les quintuples champions du monde brésiliens.

Il faut en effet remonter 40 ans en arrière dans l'histoire de la Seleçao et à la Coupe du monde 1978 (Claudio Coutinho) (*) pour trouver la trace d'un sélectionneur qui prolonge son contrat après une élimination prématurée en Coupe du monde. Un privilège qui a donc été accordé à Tite, dont le bail à la tête de l'équipe nationale, pourtant éliminée par la Belgique (1-2) dès les quarts de finale lors du Mondial en Russie, a été officiellement renouvelé mercredi soir jusqu'en 2022, soit jusqu'à la prochaine Coupe du monde au Qatar. Un rendez-vous pour lequel le technicien en poste depuis juin 2016 aura tout loisir de travailler dans la stabilité.

"Je comprends que la CBF nous a donné les conditions pour créer un environnement d’unité et de professionnalisme extrême, nous continuerons sur cette voie, a apprécié Tite en conférence de presse. C’est un grand défi et nous sommes heureux de l’affronter." Très apprécié par ses joueurs, l’ancien entraîneur du Grêmio, Palmeiras, l’Internacional ou encore Des Corinthians affiche aujourd’hui un bilan de 20 victoires pour seulement 4 nuls et 2 défaites.

---------------------------------------------------
(*) En 1978, la Seleçao échoue sur la 3e marche du podium, après une élimination polémique lors de la seconde phase de poules au profit du rival argentin, qui sera sacré champion du monde à domicile.