Hazard dans la cour des grands

Reuters

Talent précoce du côté de Lille, où il a fait ses débuts en 2007 à l'âge de 16 ans, Eden Hazard dispute, samedi à Saint-Pétersbourg, la petite finale de la Coupe du monde 2018 avec la Belgique face à l'Angleterre. Entre les deux, le milieu offensif a confirmé saison après saison ses qualités techniques largement au-dessus de la moyenne. D'abord au Losc, avec qui il a réalisé le doublé championnat de France-Coupe de France en 2011, puis à Chelsea avec qui il a remporté deux titres de champion d'Angleterre (2015 et 2017), une Cup (2018), une Coupe de la Ligue (2015) et une Ligue Europa (2013). 

Avec les Diables Rouges, il a disputé les quarts de finale de la Coupe du monde 2014 et de l'Euro 2016, avant d'atteindre le dernier carré cet été en Russie, après deux matches épiques face au Japon (3-2) et contre le Brésil (2-1). Au sein d'une sélection belge particulièrement talentueuse, le natif de la Louvière a pu exprimer la plénitude de son talent, alliant vitesse, technique, sens du jeu, mais aussi un véritable leadership. 

Un transfert à 200 millions d'euros ?

Des qualités que le joueur de 27 ans espère encore mettre au service de son équipe pour accrocher la troisième place en battant l'Angleterre une deuxième fois dans cette compétition. Les Diables Rouges s'étaient déjà imposés face aux Three Lions lors de leur dernier match de la phase de poules (1-0) dans une rencontre comptant pour du beurre, les deux équipes étant déjà qualifiées pour les huitièmes de finale.

Une fois sa mission accomplie, Eden Hazard pourra se concentrer sur son avenir en club. Le Real Madrid, qui vient de perdre Cristiano Ronaldo, et le Barça, qui n'a pas réussi à recruter Antoine Griezmann, seraient prêts à mettre près de 200 millions d'euros sur la table pour le recruter.