France - Croatie - Frustrés les remplaçants français ?

Icon Sport

85e. Mardi, lors de l’étouffante demi-finale entre la France et la Belgique, il aura fallu attendre la 85e minute pour voir Didier Deschamps procéder à son premier changement. Olivier Giroud en étant réduit depuis de longues minutes à défendre et harceler les milieux belges, faisant preuve pour le coup de plus d’efficacité que devant le but, le sélectionneur tricolore a préféré lancer un spécialiste du poste avec Steven NZonzi. Deux minutes plus tard, c’est un changement poste pour poste plus naturel que l’ancien champion du monde opérait, Corentin Tolisso prenant le relais d’un Blaise Matuidi chancelant depuis son choc avec Eden Hazard.

Pour la première fois depuis le début de la Coupe du monde, Didier Deschamps ne prit même pas la peine de faire son troisième changement, s’en remettant à Paul Pogba ou Kylian Mbappe pour laisser s’écouler les dernières minutes. Ces changements tardifs sont en revanche devenus habituels pour le Bayonnais de naissance. Lors du huitième de finale face à l’Argentine, il avait en effet attendu la 76e minute pour faire sortir Blaise Matuidi, averti, et lancer Corentin Tolisso, procédant à deux autres remplacements aux 84e et 89e minutes. Et il en fut de même lors du quart de finale face à l’Uruguay, avec un premier changement à la 80e minute, Steven N’Zonzi remplaçant Corentin Toliso, et deux autres à la 88e minute et dans les arrêts de jeu.

"Dès qu’un joueur entre, il apporte. C’est un plaisir d’être avec eux et il n’y a pas vraiment d’équipe-type."

Paul Pogba

Une rupture par rapport à ce que Didier Deschamps avait l’habitude de faire lors de la Coupe du monde 2014 ou l’Euro 2016, deux compétitions durant lesquelles son premier changement intervenait le plus souvent à l’heure de jeu. Et si les circonstances des rencontres disputées en Russie peuvent expliquer ces changements tardifs, les Bleus ayant systématiquement menés à l’entame des 25 dernières minutes, ce constat témoigne également du gouffre existant entre les titulaires et les remplaçants, Corentin Tolisso mis à part. Paul Pogba ne leur en a pas moins rendu hommage en conférence de presse. "Quand Corentin (Tolisso) est rentré, il a apporté. Quand Steven (N'Zonzi) est rentré, il a apporté. Dès qu’un joueur entre, il apporte. C’est un plaisir d’être avec eux et il n’y a pas vraiment d’équipe-type. On peut qu’être fier d’eux", a-t-il assuré, insistant sur l’état d’esprit du groupe.

Et Didier Deschamps n’est pas le seul à agir de la sorte durant cette Coupe du monde. La meilleure illustration en la matière est sûrement la demi-finale disputée par la Croatie, Zlatko Dalic attendant en effet la prolongation pour faire ses trois changements. Et encore, le sélectionneur croate s’est-il résolu à faire sortir Luka Modric à la demande du joueur madrilène, exténué…

La Croatie en plein rêve !