Coupe du Monde 2018 - Uruguay : José Giménez, l’autre guerrier Celeste

Reuters

Il n’est pas le plus élégant, le plus délicat ni le plus courtois sur un terrain. Mais ce n’est pas ce qu’on demande à un défenseur central. Encore moins quand celui-ci est Uruguayen. A 23 ans seulement, le défenseur central de l’Atlético Madrid possède une solide réputation, et son association avec Diego Godin, tant en club qu’en équipe nationale, est de nature à dégoûter presque tous les attaquants de la planète. Mais pour sa cinquième saisons chez les Colchoneros, le natif de Toledo n’a pas toujours eu la partie facile, en témoigne plusieurs blessures musculaires qui ont ouvert la concurrence dans l’axe madrilène.

Avec 23 rencontres de Liga disputées, Giménez ne se classe cette saison qu’à la troisième place des défenseurs utilisés par Diego Simeone, derrière son indéboulonnable compatriote Diego Godin (30 matchs) et le rugueux monténégrin Stefan Savic (27 matchs). Une tendance déjà entamée la saison précédente, et qui permet à El Cholo d’effectuer un turnover bienvenu dans un système tactique où la solidité de l’assise défensive est primordiale. Preuve de sa bonne tenue avec les Matelassiers, le défenseur a prolongé mercredi son contrat jusqu'en 2023 avec les Madrilènes.

Giménez - Godin, défense d’entrer

Avec sa sélection, Giménez tient le même rôle qu’en capitale espagnole : celui de chien de garde défensif. Avec Godin, il forme une charnière rude et combative, parfois un peu sanguine et extrêmement à l’aise dans les airs. Dans ce duo souverain, il s’occupe le plus souvent de couper les courses en profondeur de ses adversaires, quand son aîné Godin (32 ans) utilise plutôt son expérience du placement et du duel pour stopper face au jeu les buteurs adverses. Un tandem très efficace, symbolisé par le titre officieux de meilleure défense de la Liga pour l’Atlético, avec 22 buts encaissés, dont 8 quand les deux hommes sont alignés ensemble en championnat (11 rencontres / 0,7 buts encaissés par match).

Pour son entrée en lice aujourd’hui face à l’Egypte, l’Uruguay et Giménez entendent bien envoyer un message fort. Le fougueux défenseur formé à Danubio expliquait cette semaine en conférence de presse que ce match sera « le plus important » de la Celeste car « il donnera le ton de ce qui suivra » pour son équipe dans ce Mondial russe. Et pour donner le ton, en général, Giménez sait y faire.