Thuram, 20 ans plus tard

Dès qu'on songe à France-Croatie, on repense bien sûr à la demi-finale de France 1998 et à Lilian Thuram, l'improbable héros de ce 8 juillet entré dans l'histoire de l'équipe de France. "Je me suis dit : 'Tu peux te préparer, on va t'appeler'", rigole-t-il sur France Inter. Alors que les deux équipes se retrouvent dimanche en finale de la Coupe du monde 2018, le recordman de sélections des Bleus (142 capes) ne sait toujours pas ce qu'il s'est passé ce fameux soir sur la pelouse du Stade de France.

"Déjà à l'époque, je ne comprenais pas, rappelle-t-il ainsi pour RTL. Et je ne comprends toujours pas. J'ai beau chercher, je n'arrive pas à expliquer ces deux buts." Auteur de l'égalisation très rapide en début de seconde période, alors qu'il couvrait le hors-jeu sur l'ouverture du score de Suker, "Tutu" avait encore inscrit le but du 2-1 d'une frappe géniale de l'intérieur du gauche (!), depuis l'extérieur de la surface.

Pour l'ex-défenseur, "la France est favorite", comme il le précise à Franceinfo: "L'équipe monte en puissance. Je suis bluffé qu'il y ait autant de jeunes, notamment Benjamin Pavard et Lucas Hernandez qui n'ont pas une grosse expérience. Plus vous avez l'habitude de jouer en bleu, plus c'est facile de gérer. Commencer lors d'un Mondial, c'est compliqué." Le parallèle a été fait entre Lilian Thuram et Pavard, lorsque celui-ci a marqué d'une sublime reprise face à l'Argentine.