Mohamed Salah

Coupe d'Afrique des Nations Total, Gabon 2017 : Le grand 8 pour l’Egypte ?

Retrouvez la présentation de l'Egypte, septuple championne d'Afrique, qui fait son entrée en lice face au Mali ce mardi soir.

Population : 92 millions d'habitants
Sélectionneur : Hector Cuper
Surnom : Les Pharaons
​Palmarès / Participations CAN : 7 (1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008, 2010) / 22



Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’Egypte fait son retour en Coupe d’Afrique des Nations après avoir raté les trois dernières éditions ! Etonnant de voir la nation la plus titrée du continent (7 CAN !) ne pas participer à la compétition reine africaine trois fois de suite. Cette traversée du désert longue de sept ans (2010-2017) est désormais derrière les Pharaons, surnom des joueurs égyptiens. De retour au premier plan, la nouvelle génération de joueurs égyptiens symbolisée par l’excellent Mohamed Salah (AS Rome) est prête à retrouver son rang. Celle d’une nation dominatrice et sans pitié face à ses adversaires. Les hommes de Hector Cuper arrivent donc au Gabon avec une motivation décuplée et avec la ferme intention de faire oublier ces années de disette. Et au regard de la forme actuelle des Pharaons, le peuple égyptien peut être optimiste…

Le sélectionneur argentin de 60 ans a su insuffler une nouvelle dynamique. Le retour à une situation politique plus calme a également permis au football de retrouver sa place au sein de la société égyptienne. Même si certains événements liés au football ont retardé le retour en forme des Pharaons, ces derniers ont su garder le cap pour aujourd’hui constituer une équipe redoutable et crainte. Un formidable alliage de joueurs locaux et d’expatriés capable de plier n’importe quelle équipe du continent. L’Egypte est donc revenue à ses fondamentaux : à savoir piocher dans son important vivier local pour se relancer. A l’heure où la quasi-totalité des pays présents à la CAN construisent autour de joueurs bi-nationaux, l’Egypte, elle, se base sur une équipe de 23 joueurs tous nés et formés en Egypte. De quoi leur permettre de remporter une 8ème CAN ?

Avec l’Egypte, le mot expérience prend tout son sens. Double expérience même car il y a deux grandes forces au sein de cette équipe. La première est l’expérience des joueurs sélectionnés. Le gardien, par exemple, Essam El Hadary, 43 ans, a déjà remporté 4 CAN (1998, 2006, 2008 et 2010). Le deuxième gros plus de cette équipe est le nombre importants de joueurs évoluant en Egypte et notamment au sein du club mythique d’Al Ahly, abonné au succès sur la scène africaine. La plupart des joueurs égyptiens savent donc parfaitement ce que signifie un déplacement au Gabon. Contrairement aux autres sélections basées sur des joueurs évoluant en Europe et peu habitués aux déplacements de ce type…

Attention à ne pas trop tirer sur la corde Mohamed Salah. Car c’est peut-être là où l’Egypte doit progresser. Hormis le milieu offensif de l’AS Rome, le compartiment offensif égyptien manque de consistance. Pour peu que l’ex joueur de Chelsea se blesse et c’est la catastrophe…

Les nostalgiques des années 2000 seront ravis de revoir Hector Cuper sur le banc de touche de l’Egypte durant cette CAN. L’Argentin s’est révélé aux yeux du monde en enchaînant deux finales de Ligue des Champions en 2000 et 2001 à la tête de Valence. La suite est un peu moins « sexy » avec l’Inter Milan, Parme ou le Betis Séville. Après de courtes expériences en Géorgie, en Grèce, en Turquie ou à Dubaï, Cuper a décidé de se relancer à la tête des Pharaons en 2015. Pour le moment, le pari est réussi puisque le coach argentin obtient de bons résultats. Surtout, l’Egypte a réussi un très bon début lors des qualifications au Mondial 2018. Car après sept titres africains, le peuple égyptien attend une joie plus forte. Comme un billet pour la Russie en juin 2018...

Il est la grande star du football égyptien. Mohamed Salah est attendu par toute une nation au Gabon. A 24 ans, l’ancien joueur du FC Bâle et de Chelsea espère marcher sur les plates-bandes de Mohamed Abou Trika ou Ahmed Hassan, véritables icônes du football égyptien. Auteur de 14 buts la saison dernière avec la Roma, Salah totalise 8 buts cette saison. Plus que ses réalisations, c’est son activité sur les côtés qui impressionne. Avec la sélection, Salah a su se muer en « Top player », capable de porter seul toute une équipe. Pour sa première CAN, Salah sera attendu. A lui de ne pas décevoir…

Sans faire de bruit, l’Egypte arrive toujours à engloutir la concurrence. Rares sont les équipes capables de résister aux Pharaons. Et la donne ne risque pas de changer en 2017 tant l’équipe de Cuper semble très forte. L’Egypte va très certainement passer la phase de poules et éviter la Côte d’Ivoire en quarts de finale. A partir de là, tout est possible et la perspective de voir les Pharaons remporter une 8ème CAN n’a rien de farfelue. 

L'AVIS DE GERNOT ROHR (CONSULTANT CAN beIN SPORTS)


 


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement