Lavillenie, 9 ans après

Reuters

L’école de la perche française tient en Renaud Lavillenie une locomotive incontestable. Qui continue d’entretenir une émulation à même d’entraîner dans son sillage de nouveaux élèves appliqués.   

Neuf ans après sa première médaille dans un grand championnat, aux Mondiaux 2009 (3e), Lavillenie, en quête d'une quatrième couronne continentale en extérieur, retrouvait Berlin et son Stade olympique ce jeudi, à l'occasion des qualifications de la perche de ces Championnats d'Europe. Dans des conditions de vent délicates, après l'orage qui a frappé dans la nuit la capitale allemande et refroidi l'atmosphère après la canicule des premiers jours de compétition, le patron de la discipline empoche son billet sans trembler avec deux premiers sauts réussis à 5,51m puis 5,61m pour la finale de dimanche. 

"J'étais assez sûr de mon coup"

Mais la belle et bonne surprise, c'est que l'Auvergnat ne sera pas seul en finale. Comme en 2009 (avec Romain Mesnil et Damiel Dossevi), ils seront deux autres Tricolores à accompagner Lavillenie: Axel Chapelle (23 ans), avec également une première tentative maîtrisée à 5,61m, et Alioune Sene (22 ans), malgré trois échecs sur cette dernière barre, mais un début de concours parfait pour s'assurer une 11e place, seront de la partie.

Deux jeunes lieutenants qui ont dû gérer les caprices d’Eole. "Les conditions étaient très difficiles, il fallait être concentré à mort, au risque de se faire surprendre par une rafale de vent", expliquera Chapelle au micro de France Télévisions. "Les transitions étaient vraiment difficiles, on a vraiment galéré à mort…", confirme Sene encore en plein apprentissage.

Lavillenie n’en est plus là. "M. Bibendum est relax", disait de lui Yohan Diniz, depuis son poste de consultant. De fait, il n’y avait "pas de raison d’être stressé", confirme le recordman du monde. Même s’il faut prendre les qualifs au sérieux, parce que c’est toujours piégeux ; j’étais assez sûr de mon coup, 5,61m, ce n’est pas trop compliqué à faire. L’objectif est de prendre le billet pour la finale. Après, un autre championnat, une autre compétition commence…" A laquelle, quoi qu’en dise le boss, un concurrent du calibre de l’Allemand Raphael Holzdeppe, champion du monde 2013 et médaillé olympique à Londres (2012), n’aura pas le bonheur de participer devant son public, après trois échecs à 5,51m.

---------------------------------------------------
(*) Cette année-là, Lavillenie prenait le bronze avec un saut à 5,80m derrière Romain Mesnil (5,85m), médaillé d’argent derrière Steven Hooker (5,90m).